Les spécialistes de la fertilité sont unanimes à affirmer qu’il ne faut pas attendre : plus on avance en âge, plus les problèmes d’infertilité surviennent. La fertilité est donc bien liée à l’âge de la femme.

Le taux de reproduction chez l’être humain n’est pas très élevé. Les chances d’être enceinte suite à un rapport sexuel pratiqué durant la période d’ovulation de la femme ne sont que de 25%.
Environ 1 couple sur 6 en âge de procréer sera concerné par un problème de stérilité. Des données qui concernent les femmes de moins de 35 ans, âge à partir duquel la capacité reproductive diminue. Après 40 ans elle baisse le taux de réussite n’est plus que de 10% par mois.

Tests permettant de déterminer si un membre du couple, ou les deux, est infertile

Les examens qui vont permettre de déterminer l’infertilité nécessitent l’élaboration d’un dossier clinique complet, ainsi qu’un examen physique des deux conjoints.
Dans le cas particulier de la femme, les tests de base comprennent une étude hormonale, l’échographie et l’hystérosalpingographie. Ces examens peuvent être complétés par d’autres en fonction de la patiente.
Pour compléter le diagnostic il sera également nécessaire d’évaluer la qualité du sperme du conjoint en réalisant un spermogramme.

Pour étudier la fertilité masculine, on procède à une analyse qui a pour objectif de dénombrer les spermatozoïdes, leur activité et leur forme. La fertilité sera normale si on obtient 39 millions de spermatozoïdes présents dans l’éjaculât avec au moins 32% de spermatozoïdes en mouvement de progression et au moins 4% d’entre eux ayant une forme normale. Si ces quantités sont inférieures, la probabilité de parvenir à une grossesse diminue considérablement. Le spécialiste de l’infertilité orientera alors le couple vers un traitement spécifique très pointu appelé la Fécondation In Vitro avec Injection Intracytoplasmique, la FIV ICSI.

Quelle différence y-a-t-il entre stérilité et infertilité?

La stérilité est l’incapacité pour un individu ou un couple de concevoir naturellement un enfant.

L’infertilité, quant à elle, est une inaptitude à concevoir et à engendrer une descendance après 1 année de rapports sexuels réguliers.

Aujourd’hui, le mot infertilité est préféré à celui de stérilité, même s’ils n’ont pas exactement la même signification.

Si les infertilités féminines sont considérées comme étant les plus importantes, les infertilités masculines sont aussi courantes.

Par ailleurs, il existe aussi des infertilités mixtes dites de couple qui restent souvent inexpliquées. Avant de poser un diagnostic d’infertilité, il est donc important de prendre en compte l’environnement du couple souffrant d’infertilité et déterminer qui de l’homme ou la femme est en cause. La prise en charge sera alors différente selon qu’il s’agit de l’un ou l’autre. Une fois l’infertilité avérée, il est recommandé au couple de se renseigner auprès de son médecin qui les orientera vers un spécialiste de l’infertilité. Ce dernier fera pratiquer un certain nombre d’examens pour poser un diagnostic et orienter le couple vers le traitement de PMA le plus adapté.

Constate-t-on actuellement une diminution de la fertilité?

La fertilité masculine a effectivement diminué en raison d’une diminution du nombre de spermatozoïdes et de leur mobilité.

De même, le nombre de femmes d’âge mûr qui souhaitent avoir un enfant naturellement augmente alors que leur fertilité a déjà bien diminué.

Enfin, il est de plus en plus fréquent que des hommes, après avoir subi une vasectomie, souhaitent retrouver leur fertilité le jour où ils fondent un foyer.

L’infertilité a-t-elle quelque chose à voir avec la forte baisse de la natalité dans certains pays?

En effet, oui car certains facteurs communs aux pays développés tels que l’alcool ou tabagisme, peuvent avoir une influence négative sur la production de spermatozoïdes. La pollution joue également un rôle important ainsi que les substances chimiques et les additifs contenus dans les aliments, comme par exemple les hormones qui servent à engraisser le bétail. Dans les régions agricoles, en particulier dans les zones de cultures sous serres, l’utilisation de pesticides qui agissent sur les hormones peut contribuer à une baisse de la fertilité de l’homme.

D’autres facteurs liés au changement de styles de vie : intégration de la femme sur le marché du travail, recul de l’âge de la première grossesse, etc., contribuent également à la baisse des taux de natalité.

Comment peut-on connaître notre période d’ovulation?

L’ovulation, ou période fertile de la femme, se produit aux environs de la moitié de son cycle, vers le 14e jour si le cycle est de 28 jours. Or, toutes les femmes n’ont pas un cycle régulier. Il est donc difficile de prévoir le jour précis où leur ovulation surviendra.
Le cycle menstruel varie, en règle générale, entre 23 et 35 jours. La période propice à la fécondation se situe 3 à 4 jours avant l’ovulation et 1 à 2 jours après.

Pour calculer votre période d’ovulation, il faut donc compter à partir de la date de vos dernières règles et prendre en compte la durée moyenne de votre cycle menstruel. Pour déterminer la période la plus fertile du cycle, il faut donc déduire 14 jours avant les prochaines règles.

Tous ces indices vont permettre de mieux cerner cette période, même si ce n’est que qu’approximatif. D’autres indices vont aussi permettre de déterminer de manière plus précise l’ovulation comme le fait que 24 heures après l’ovulation, la température augmente de 4 à 6 dixièmes.

Quelle est la fréquence des relations sexuelles pour tomber enceinte ?

Après avoir quitté l’ovaire, l’ovule survivra environ 48 heures et pourra être fécondé par les spermatozoïdes durant ce laps de temps, ces derniers ayant un pouvoir de fécondation durant 72 heures maximum. Dans tous les cas, le contrôle de l’ovulation ne doit pas devenir une obsession. Un excès d’anxiété dans ce type de démarche destinée à être enceinte sera souvent contreproductif et peut même avoir des conséquences négatives sur les bonnes relations du couple. Toutefois, la probabilité de parvenir à une grossesse spontanée/naturelle après une année de tentatives diminue beaucoup même lorsque les relations sexuelles sont programmées.

Qu’est-ce qu’une clinique de reproduction assistée ?

Il s’agit d’un centre médical spécialisé dans les méthodes de diagnostics et de techniques de reproduction, qui regroupe des spécialistes spécifiquement formés aux techniques de procréation médicalement assistée (PMA).

Jusqu’à quel âge les femmes et les hommes peuvent avoir des enfants ?

Il n’existe pas de limite d’âge pouvant empêcher un couple d’avoir un enfant. Tout dépendra de la situation de chaque couple, de son état de santé, ainsi que de nombreux autres facteurs. Chez la femme, nous estimons que 50 ans est une limite raisonnable. Au-delà nous lui déconseillerons de se soumettre à un traitement de PMA.

L’infertilité du père ou de la mère est-elle transmissible à l’enfant ?

Les enfants nés par procréation assistée sont identiques aux autres enfants nés naturellement et ne connaissent pas plus de problèmes de santé que les autres.

Quelle différence y a-t-il entre une infertilité primaire et une infertilité secondaire ?

On parle d’infertilité primaire pour les couples qui n’ont jamais eu d’enfants et d’infertilité secondaire lorsque la femme a déjà eu un ou plusieurs enfants et qu’elle se trouve ensuite dans l’incapacité de concevoir à nouveau.

VOUS AVEZ DES QUESTIONS?

SOLLICITER DAVANTAGE D'INFORMATIONS