26 janvier 2022

Adénomyose : définition et impact sur la fertilité

adenomyose
Par le Comité de rédaction Blog IVI

Avez-vous déjà entendu parler de l’adénomyose ? Cette affection gynécologique concernerait environ 12 % de la population féminine. Dans un quart des cas, elle toucherait des femmes âgées de 36 à 40 ans. Passant souvent inaperçue, elle peut toutefois entraîner des symptômes comme des saignements irréguliers et des douleurs. Si elle est importante, elle peut avoir un effet sur la fertilité et sur la grossesse, en rendant difficile l’implantation de l’embryon. Quels sont exactement les mécanismes, les facteurs de risque et les conséquences de cette anomalie ? Comment se traite-t-elle ? Quelle est la différence avec l’endométriose ? L’adénomyose peut-elle avoir un impact sur votre protocole de reproduction assistée (PMA) ? Nous vous apportons les réponses à vos questions dans cet article.

 

Qu’est-ce que l’adénomyose ?

Il s’agit d’une anomalie de la zone de jonction située entre la muqueuse de l’utérus (l’endomètre) et le muscle de la paroi utérine (le myomètre). Suite à des modifications physiopathologiques internes à l’utérus, des cellules de l’endomètre vont s’infiltrer et se développer dans le myomètre. Cela conduit à la formation d’implants dans le muscle utérin, composés de morceaux d’endomètre (incluant des glandes endométriales et un stroma cytogène). Ces implants peuvent prendre la forme d’invaginations reliées à la cavité de l’utérus ou de microkystes totalement dissociés de la muqueuse utérine. Son stade peut être superficiel ou profond. En outre, elle peut être diffuse (de nombreux implants se disséminent dans le myomètre) ou localisée (quelques foyers sont regroupés, voire il n’y a qu’un seul implant).

 

Quelle est la différence entre endométriose et adénomyose ?

On parle parfois de l’adénomyose comme d’une « endométriose interne à l’utérus ». En effet, leur mécanisme est similaire, se caractérisant par le développement de tissu endométrial au sein de divers organes du corps féminin. Or en réalité, cette appellation est impropre : il ne s’agit pas exactement des mêmes affections. Dans le cas de l’endométriose, les morceaux de muqueuse utérine colonisent uniquement des organes externes à l’utérus. Cela n’empêche pasces deux maladies d’être associées. Dans 6 à 20 % des cas, les femmes avec l’adénomyose souffrent également d’endométriose.

 

Quels sont les facteurs de risque ?

Certaines femmes sont plus susceptibles que d’autres de subir cette maladie. Il s’agit des patientes présentant une hyperplasie endométriale (endomètre anormalement épais) ou encore des femmes ayant eu plusieurs enfants. Les interventions chirurgicales portant sur l’utérus et les césariennes pourraient l’entraîner. Néanmoins, ce dernier point n’est pas clair. L’âge est également un facteur de risque : elle concerne environ 50 % des femmes de 40 à 50 ans. Lorsque l’adénomyose survient chez des personnes de plus de 40 ans,  elle peut faire partie du processus de vieillissement normal de l’utérus. Quand elle se manifeste chez des patientes plus jeunes, elle peut plus facilement constituer un état pathologique, surtout si elle est associée à de l’endométriose.

 

Quels sont les symptômes ?

Les principaux symptômes sont les suivants :

  • règles très abondantes dont la durée est supérieure à 7 jours (ménorragies) ;
  • pertes de sang en dehors de la période des règles (métrorragies) ;
  • douleurs pendant les règles (dysménorrhées) ;
  • saignements et/ou des douleurs pendant certaines activités (rapports sexuels, pratique d’un sport, etc.).

En outre, elle entraîne une modification de l’aspect de l’utérus, que l’on peut remarquer lors d’un examen clinique. L’utérus devient plus volumineux, plus mou et change de couleur. Dans une majorité de cas, cette pathologie reste toutefois asymptomatique. On peut la détecter fortuitement à l’occasion d’une hystéroscopie ou encore d’une échographie, réalisée dans un autre cadre.

 

Quels sont les traitements de l’adénomyose ?

Certains traitements médicamenteux y sont indiqués, non pas avec le but de la soigner en elle-même, mais d’en contrôler les symptômes. Ils vont, par exemple, entraîner le blocage de l’ovulation et la suppression des règles. On peut aussi avoir recours à une prise en charge chirurgicale. Dans les cas les plus sérieux, et uniquement pour les patientes qui ne désirent plus avoir d’enfant, l’ablation de l’utérus (hystérectomie) peut être envisagée. Des interventions conservatrices, comme le retrait des implants endométriaux localisés (exérèse), peuvent être proposées aux femmes qui planifient une future grossesse.

 

Conséquences sur la fertilité

Lorsqu’elle est légère à modérée, cette pathologie n’a habituellement pas de conséquences sur la fertilité. Quand elle est plus importante, elle peut empêcher la mise en place de la grossesse en gênant l’implantation de l’embryon dans la muqueuse utérine. Ainsi, on observe un risque de fausse couche plus élevé chez les femmes qui en sont affectées.

 

Quel est l’impact sur la PMA ?

Les conséquences de l’adénomyose sur la nidation de l’embryon peuvent impacter la réussite d’un protocole de PMA. La prise de certains médicaments (dont les analogues de la GnRH) peut néanmoins réduire significativement cet impact. Et un traitement comme la fécondation in vitro (FIV) peut tout à fait être la solution pour une de ces patientes qui ne parvient pas à tomber enceinte malgré des rapports sexuels réguliers avec son partenaire.

Vous êtes affectée par cette maladie ? Votre traitement de PMA chez IVI comptera avec un bilan au préalable, au cours duquel nous contrôlerons l’état de votre endomètre et de votre myomètre. Nous serons ainsi en mesure de vous proposer le meilleur protocole selon votre situation, afin de maximiser vos chances de grossesse. Obtenez plus d’informations sur nos technologies en nous appelant au 08 00 941042 (gratuit depuis la France) ou au +34 960 451 185 (appel depuis un autre pays). Vous préférez vous déplacer dans l’une de nos cliniques pour rencontrer nos spécialistes ? Prenez simplement rendez-vous via notre formulaire de contact. Afin de faciliter votre prise en charge et le déroulement de votre traitement, plusieurs de nos centres vous accueillent en français.

Demandez plus d'informations sans engagement

Les commentaires sont fermés.

Haut de la pagearrow_drop_up