Infos ou rendez-vous

Comment se préparer pour le jour du transfert d’embryon ?

32-laboratorio_especifico_dgp-85100284

 

Le jour de votre transfert d’embryon approche. Vous avez traversé toutes les étapes du traitement de procréation médicalement assistée et vos efforts s’apprêtent enfin à aboutir. Ce moment tant attendu, vous voulez qu’il soit parfait. Pour atteindre cet objectif, vous souhaitez connaître les bonnes pratiques et les astuces qui vous permettront de venir à votre rendez-vous l’esprit libre, plus forte que jamais. Comment mettre toutes les chances de votre côté pour vous présenter dans votre meilleure forme morale et psychique ? Devez-vous suivre un programme spécifique pour vous préparer au transfert d’embryon ? Le sport et l’alimentation ont-ils un rôle à jouer ? Ces questions méritent d’être posées, et nous y répondons.

 

Comment se déroule le transfert d’embryon ?

Selon la situation, le transfert peut être pratiqué avec des embryons frais ou avec des embryons congelés. Deux méthodes de transfert d’embryon congelé existent :

  • le transfert d’embryon congelé sur cycle naturel (le transfert d’embryon est réalisé après l’ovulation naturelle) ;
  • le transfert d’embryon congelé sur cycle artificiel (l’endomètre est préparé au transfert à l’aide d’un traitement hormonal).

 

L’Institut Valencien de l’Infertilité a élaboré un test capable d’analyser l’expression de 238 gènes dans l’endomètre, signalant sa réceptivité ou sa non-réceptivité au transfert d’embryon. Dans le cadre d’un cycle naturel, la synchronisation entre l’ovulation et la réceptivité de l’endomètre intervient généralement entre le 19e et le 21e jour du cycle menstruel. Cette synchronisation, appelée « fenêtre d’implantation », est observable quand un embryon est prêt à s’installer. Nommé ERA (Étude prospective et randomisée du test d’analyse de réceptivité de l’endomètre), ce test permet de déterminer le meilleur moment pour le transfert d’embryon en prenant en compte la situation et le traitement de chaque patiente.

 

Lorsque les résultats du test ERA se révèlent positifs, les chances d’implantation de l’embryon dans l’utérus de la patiente sont très grandes. Si l’endomètre est non réceptif, le transfert d’embryon doit être reporté.

 

Le déroulement d’un transfert d’embryon suit deux étapes parallèles et simultanées. L’une est pratiquée au laboratoire, où les spécialistes préparent l’embryon. L’autre consiste à implanter l’embryon le plus résistant dans l’utérus maternel à l’aide d’un cathéter (ou canule) spécifiquement prévu pour cette intervention.

 

Le transfert d’embryon est réalisé sous échographie, au bloc opératoire, afin de placer et de manipuler l’embryon dans les meilleures conditions (salle stérile, proximité avec le laboratoire où sont confinés les embryons). Rapide et indolore, cet acte médical vous dispense de recevoir un traitement sédatif.

 

Lorsque le transfert embryonnaire est terminé, les spécialistes procèdent à la cryopréservation des embryons de bonne qualité qui n’ont pas été implantés. Ce procédé consiste à plonger les embryons dans de l’azote liquide à — 196 °C afin de les conserver en toute sécurité. Cette précaution évite de vous soumettre à un nouveau cycle de stimulation ovarienne lors d’un éventuel prochain cycle, au cours duquel les embryons congelés pourront être utilisés. La vitrification des embryons présente un atout de taille : elle prévient la formation de cristaux de glace qui altèrent les cellules. Cette technologie garantit la survie de 97 % des embryons. Après le transfert d’un embryon congelé, le taux de réussite est de 53,48 % au 1er essai. Au 2e essai, ce pourcentage monte à 75,61 %. Il atteint 86,97 % au 3e essai.

 

Après être restée en position allongée pendant 15 à 30 minutes, vous serez sur pied pour reprendre une activité normale.

 

Comment se préparer la semaine précédant le transfert d’embryon ?

Prenez les bonnes décisions en commençant par évincer de votre environnement un maximum de substances contenant des perturbateurs endocriniens. Choisissez un savon ou un gel douche naturel. Évitez le vernis à ongles et le parfum pour un temps. Dans la maison, privilégiez les produits d’entretien écologiques (désodorisants, insecticides, lessives). Au frigo, préférez les aliments bio et équilibrés : des fruits, des légumes et des protéines en quantité raisonnable.

 

Plus que jamais, profitez des moments précédant le transfert d’embryon pour adopter une hygiène de vie saine. Ce qui implique l’arrêt de l’alcool et du tabac. Méfiez-vous des endroits enfumés, le tabagisme passif étant également nocif pour votre santé. Réduisez votre consommation de thé et de café, voire de soda. Outre les excitants qu’elles contiennent, ces boissons présentent une forte teneur en acidité.

 

N’hésitez pas à pratiquer une activité sportive. Plus tard, on vous conseillera d’opter pour un sport doux, comme la marche ou la natation. Pour l’heure, vous êtes libre de sélectionner la discipline de votre choix.

 

Si vous envisagez de remettre de l’ordre dans votre maison, de procéder à un grand ménage ou de faire du jardinage, mieux vaut vous y mettre maintenant. En vous débarrassant de ces tâches, vous aurez le sentiment du devoir accompli. De plus, une maison et un jardin accueillants vous aideront à aborder votre retour avec sérénité.

 

En revanche, soyez vigilante si vous vous lancez dans des travaux de rénovation. Les produits de bricolage, de traitement du bois, les peintures et les vernis peuvent se révéler toxiques.

 

Que dois-je faire la veille du transfert d’embryon ?

Il vous reste encore une journée avant le transfert d’embryon, profitez-en pour sortir. Partez en promenade. Rencontrez des amis. Faites vos courses de façon à avoir tout ce dont vous aurez besoin au retour de la clinique. Au passage, choisissez quelques magazines ou un bon livre pour patienter en salle d’attente. En chemin, faites le plein d’essence pour éviter de perdre du temps avant d’arriver à votre rendez-vous médical. Dans la même logique, pensez aux affaires indispensables que vous aimeriez avoir à portée de main et mettez-les dans votre sac. Mouchoirs, bouteille d’eau, petite collation, téléphone chargé… Dans la foulée, pourquoi ne pas préparer la tenue dans laquelle vous vous sentirez bien, comme une tunique ample et un pantalon confortable ou une jupe à taille élastiquée ? Le soir, dîner au restaurant ou aller au cinéma vous permettra de vous changer les idées et vous évitera de vous laisser gagner par le stress.

 

Enfin, tentez de vous relaxer et essayez de dormir, afin de rejoindre la clinique en pleine forme.

 

Que dois-je faire le matin du transfert d’embryon ?

Le grand jour est arrivé, quelques heures à peine vous séparent de votre rendez-vous à la clinique. Avant le transfert d’embryon, vous devez prendre une douche en utilisant un savon antiseptique. Prenez soin de faire mousser le produit pendant une minute, et utilisez-le pour laver vos cheveux si besoin.

 

Vous n’êtes pas obligée d’être à jeun pour le transfert d’embryon. Alors, faites-vous plaisir en prenant un bon petit déjeuner comportant une boisson chaude, un laitage, un fruit de petite taille et une portion de pain.

 

Buvez un litre d’eau (sans uriner), pour que votre vessie soit pleine au cours de l’échographie qui accompagne le transfert d’embryon.

 

Partez suffisamment tôt pour anticiper les éventuels encombrements sur la route. Vous vous épargnerez une source de stress et de tension en calculant large. En tout état de cause, prévoyez d’arriver dans votre centre IVI une demi-heure au moins avant l’heure du rendez-vous pour le transfert d’embryon. Essayez de garder votre sang-froid, bien que le moment soit chargé d’émotion.

 

Que faire après le transfert d’embryon ?

Après le transfert d’embryon, vous pourrez vous reposer quelques minutes avant de reprendre vos activités habituelles. Il faudra laisser passer une période de 10 à 14 jours avant de réaliser le premier test de grossesse. On appelle couramment ce laps de temps « l’attente béta », du nom de l’hormone chorionique gonadotrope humaine, ou béta hCG, marqueur de grossesse.

 

Ne cherchez pas à faire un test de grossesse urinaire de votre propre chef avant la date conseillée par le médecin. En effet, vous risquez de subir des déconvenues. Effectué trop tôt, le test urinaire ne décèlera pas l’hormone hCG signalant que vous êtes enceinte. Vous pourrez alors être confrontée à un faux négatif. Seuls une prise de sang et un examen gynécologique pratiqués à la date recommandée par le spécialiste pourront confirmer votre grossesse. En attendant ce rendez-vous important, sortez, faites du sport avec modération, partez en week-end (sans vous éloigner démesurément) et essayez de vous détendre. Vous maximiserez ainsi vos chances de concrétiser votre projet !

 

Vous voulez obtenir des informations supplémentaires sur les méthodes de procréation médicalement assistée (PMA) mises en œuvre dans les cliniques de l’Institut Valencien de l’Infertilité ? Vous souhaitez prendre rendez-vous dans l’un de nos centres de PMA en Espagne ? N’hésitez pas à contacter nos équipes en appelant le 08 00 941 042 (numéro gratuit depuis la France) ou le +34 960 451 185. Vous pouvez également vous connecter sur notre site et remplir notre formulaire dédié. Un spécialiste vous répondra dans les plus brefs délais. Si vous le désirez, vous avez la possibilité de demander une consultation avec le médecin de votre choix. Si besoin, un tuteur francophone vous accompagnera tout au long de vos démarches.