Infos ou rendez-vous

Dosage béta hCG – Interpréter facilement ses résultats

10 tips betaespera IVI

 

Dans le cadre d’un traitement de PMA (procréation médicalement assistée) impliquant une insémination artificielle (IA) ou une fécondation in vitro (FIV) avec transfert d’embryon, il faut laisser s’écouler une période de 9 à 14 jours avant de procéder au premier test de grossesse. Ce délai est connu sous le terme familier d’attente béta, du nom de l’hormone chorionique gonadotrope béta hCG, indiquant s’il y a grossesse ou non. Comment réalise-t-on un dosage bhCG ? Comment lire un tableau béta hCG ? Qu’est-ce que révèle un taux hCG bas ? Faisons un gros plan sur le dosage béta hCG afin de savoir comment interpréter facilement ses résultats.

 

Qu’est-ce que l’hormone chorionique gonadotrope, ou béta hCG ?

 

L’hormone chorionique gonadotrope, ou gonadotrophine humaine, est une hormone sécrétée par l’embryon dès le début de son développement, soit aux environs du neuvième jour de grossesse. Produite au moment de la nidation, celle qu’on désigne également sous le terme de hCG (de l’anglais « human chorionic gonadotropin ») indique que l’embryon se fixe à la paroi utérine. Son action : le maintien du corps jaune, indispensable à la production de la progestérone, sans laquelle la nidation ne peut se faire.

 

C’est cette hormone que les biologistes recherchent au cours d’un test de grossesse. Le dosage béta hCG peut être effectué dans l’urine ou dans le sang.

 

L’évolution du taux de hCG pendant la grossesse

 

Le taux d’hormone hCG augmente de façon exponentielle au cours des huit premières semaines de grossesse, jusqu’à atteindre son plus haut niveau durant le deuxième et troisième mois de gestation, soit entre les 7e et 12e semaines, avec doublement du taux d’hormone hCG toutes les 48 à 72 heures. L’hormone chorionique gonadotrope connaît ensuite une phase de décroissance progressive jusqu’à la fin de la grossesse et finit par disparaître de l’organisme quelques jours après l’accouchement.

 

Pourquoi prescrire un dosage béta hCG ?

 

Détectable dans le sang dès le 10e jour suivant la nidation, l’hormone chorionique gonadotrope est un témoin fiable de la bonne progression de la grossesse. Prescrire un dosage bhCG permet d’affirmer avec précision si vous êtes enceinte ou pas. En étudiant l’évolution du taux de hCG, il est possible de recueillir de précieuses informations, comme la date de la conception, l’occurrence éventuelle d’une grossesse multiple ou le risque d’une grossesse extra-utérine ou d’une fausse couche.

 

Pour confirmer les résultats du dosage d’hormone chorionique gonadotrope, les spécialistes prescrivent généralement une échographie destinée à affiner le diagnostic.

 

Qu’est-ce qu’une béta positive ?

 

La béta est positive lorsque le résultat du dosage bhCG révèle des valeurs supérieures à 5 UI/l (ou 5 mUI/ml). A contrario, on considère que la béta est négative quand le résultat montre un taux hCG bas, avec des valeurs inférieures à 5 UI/L (ou 5 mUI/mL).

 

Dans le cas d’une grossesse multiple, le taux d’hormone hCG est plus élevé que pour une grossesse simple. Une fois encore, c’est l’échographie qui permet de confirmer de manière certaine le diagnostic.

 

Un taux d’hormone chorionique gonadotrope en chute sensible peut être révélateur d’une fausse couche ou d’une grossesse extra-utérine.

 

Un taux d’hormone chorionique gonadotrope très haut associé à une image suspecte à l’échographie peut signaler un développement anormal des cellules de l’œuf. Il s’agit ici d’une suspicion de grossesse môlaire, ou môle hydatiforme. Cette affection rare ne touche qu’un cas pour 1000 grossesses.

 

Enfin, la détection d’un taux d’hormone hCG trop important entre les 11e et 13e semaines de grossesse peut être un marqueur de risque de syndrome de Down.

 

Comment lire un tableau béta hCG ?

 

Pour suivre le bon déroulement d’une grossesse, les spécialistes étudient l’évolution du taux de hCG. Celle-ci est consignée dans un tableau béta hCG, qui répertorie le taux d’hormone chorionique gonadotrope (valeur basse et valeur haute) en fonction des semaines de grossesse. Les niveaux de hCG sont exprimés en unités internationales par litre de sang : UI/l.

 

À l’issue du test de grossesse, si le taux d’hormone hCG est supérieur à 5 UI/l dans le sang, il peut être utile de s’aider du tableau hCG indicatif joint avec les conclusions de la béta pour interpréter les résultats. Sachant que le taux d’hormone chorionique gonadotrope peut être très variable d’une patiente à l’autre et même d’une grossesse à une autre, il est vivement recommandé de prendre conseil auprès d’un spécialiste pour les comprendre correctement.

 

Comment se déroule le dosage bhCG ?

Bien qu’il soit possible de faire un dosage urinaire de l’hormone chorionique gonadotrope, les spécialistes privilégient le test sanguin, confirmé par la suite par échographie. Le dosage bhCG est réalisé grâce à une prise de sang, habituellement faite au pli du coude. Le prélèvement sanguin intervient entre les 10e et 15e jours suivant l’insémination artificielle (IA) ou la fécondation in vitro (FIV) avec transfert d’embryon. La prise de sang peut être effectuée à n’importe quel moment de la journée et ne demande pas de précaution particulière. Il n’est donc pas obligatoire d’être à jeun. Les résultats sont en général communiqués dans les 24 heures suivant le test.

 

Qu’est-ce qu’un faux négatif ?

 

On parle de faux négatif lorsque le test de grossesse (le plus souvent un test de grossesse urinaire) affiche un résultat négatif, quand bien même vous êtes enceinte. Ce faux négatif s’explique dans la majorité des situations par une réalisation trop précoce du test de grossesse. Dans ce cas de figure, l’hormone béta hCG ne peut pas être détectée dans les urines. Parfois, le faux négatif peut trouver son origine dans le mode d’utilisation du test. Ainsi, le dosage béta hCG doit être effectué avec les urines du matin. Au fil de la journée, la dilution des urines fait baisser la concentration de l’hormone chorionique gonadotrope, ce qui a pour effet de la rendre indécelable.

 

C’est pour éviter ce genre d’inexactitude que votre spécialiste vous prescrira de préférence un dosage sanguin de bhCG à faire réaliser à une date préalablement définie. Céder à l’impatience en effectuant trop tôt un test de grossesse peut vous conduire à vivre un moment de déception, alors que la grossesse est bel et bien en cours, mais pas encore détectable.

 

Dosage bhCG et dépistage de la trisomie 21

 

Associé à la mesure de la clarté nucale, le dosage bhCG peut aussi être prescrit pour le dépistage de la trisomie 21. Dans ce cadre, le spécialiste surveille la variation du taux d’hormone hCG durant le second trimestre.

En effet, le taux de l’hormone chorionique gonadotrope sécrétée par le placenta fait partie des marqueurs sériques maternels de la trisomie 21. Au cours d’une grossesse « classique », le taux d’hormone décelable dès le 10e jour après la fécondation augmente sensiblement jusqu’à la 10e semaine de grossesse, puis diminue et s’équilibre entre la 20e semaine et l’accouchement. En présence de trisomie 21, le sérum de la femme enceinte affiche un taux d’hormone hCG anormalement élevé.

 

Selon que l’on suspecte une anomalie ou non, cet examen peut mener à la prescription d’une amniocentèse.

 

Dosage bhCG et dépistage du cancer

 

Le placenta n’est pas le seul à produire l’hormone chorionique gonadotrope. Certaines cellules cancéreuses en sont capables également. Dans ce contexte, le dosage bhCG est prescrit pour diagnostiquer certaines formes de cancer, contrôler l’efficacité des traitements oncologiques et écarter les risques de récidive.

 

Un taux d’hormone chorionique gonadotrope plus élevé que la normale peut révéler certains types de cancers, de maladies intestinales, d’ulcères d’estomac ou de cirrhoses.

 

Une diminution du taux d’hormone hCG et/ou son retour à des valeurs normales signifient que le traitement est efficace.

 

Un taux d’hormone hCG inchangé ou en hausse traduit potentiellement une inefficacité du traitement, une évolution de la maladie ou sa réapparition.

 

Vous voulez vous informer sur les méthodes de procréation médicalement assistée (PMA) mises en œuvre dans les centres de l’Institut Valencien d’Infertilité ? Vous souhaitez prendre rendez-vous dans l’une de nos cliniques en Espagne ? N’hésitez pas à contacter nos équipes en charge de l’accueil des patients. Appelez-nous au 08 00 941 042 (numéro gratuit depuis la France) ou au +34 960 451 185, ou rendez-vous sur notre site pour remplir notre formulaire dédié. Un spécialiste reviendra vers vous dans les plus brefs délais. Si vous le désirez, vous pourrez solliciter une consultation avec l’un de nos médecins en particulier. En cas de besoin, un tuteur francophone vous accompagnera tout au long de vos démarches.