2 février 2021

Le groupe sanguin 0 et le rhésus positif pourraient protéger mieux face à la Covid-19

groupe sanguin rhésus covid-19 IVI
Par le Comité de rédaction Blog IVI

Depuis son apparition, la Covid-19 a touché 100 millions de personnes et a causé la mort de plus de 2 millions d’entre elles dans le monde. La France est l’un des pays d’Europe le plus touché avec plus de trois millions de cas et plus de 73 000 morts. Une situation qui a amené les autorités françaises à prendre des mesures de restriction fortes en attendant l’immunité collective qui pourra être atteinte avec le vaccin.

La Covid-19 continue à susciter de nombreuses questions et interrogations. La plupart d’entre elles sont relatives à ses effets et aux meilleurs moyens pour prévenir et lutter contre ce virus. Pour y répondre, IVI a récemment publié une étude multicentrique qui a été présentée lors de la dernière édition du Congrès de l’ASRM (American Society for Reproductive Medicine), un des plus grands événements au monde dans le domaine de la médecine reproductive.

Les patients avec groupe sanguin 0 et rhésus positif seraient mieux protégés

La principale conclusion de cette étude établit que les patients du groupe sanguin 0 positif et rhésus positif sont mieux protégés face au Covid-19. Le Dr André Guérin, responsable du département francophone d’IVI et gynécologue à IVI Barcelone, indique : « Parmi les données analysées dans notre population durant la période post-confinement entre mai et juin, sur un échantillon de 6 140 personnes pour le SARS-CoV-2, nous avons constaté que l’incidence de la maladie (c’est-à-dire le nombre de patients ayant des anticorps positifs IgM ou IgG) était inférieure chez les patients du groupe 0. En outre, parmi les personnes infectées, on constatait qu’un nombre significativement supérieur avait un rhésus négatif, contrairement à ce qui avait été publié au préalable ».

Faible incidence de l’âge ou du sexe

Le Dr Guérin précise également que, pour l’échantillon analysé, le taux de positivité ne varie pas de manière significative avec l’âge ou le sexe. « Le taux de positivité ne varie pas beaucoup avec l’âge et nous n’avons pas noté de différence en ce qui concerne le sexe ou le groupe sanguin. On a toutefois constaté que les personnes de rhésus négatif présentaient un risque d’infection légèrement plus élevé que celles ayant un rhésus positif. Par ailleurs, dans les régions où la prévalence de la maladie est plus élevée, le pourcentage d’IgM positifs est également élevé. De plus, le risque de transmission augmente dans un couple lorsque l’un des conjoints est positif.

Études en phase initiale

Même s’il est important de pouvoir déterminer si le groupe sanguin peut avoir une valeur de pronostic face au Covid-19, il nous faut préciser que nous n’en sommes qu’aux prémices de cette étude pour laquelle il convient de pouvoir établir rapidement si cette corrélation est réelle.

Les premières études datent de vingt ans

Un premier indice d’une possible corrélation entre groupe sanguin et coronavirus est apparu avec la souche de SARS-CoV en 2002. Les résultats d’une première étude publiée en 2005 ont montré que les patients du groupe sanguin 0 présentaient un risque moindre d’infection que les autres groupes.

Déjà en 2020, à travers un article non révisé par d’autres experts, des scientifiques chinois ont signalé une corrélation similaire entre le groupe sanguin et le SARS-CoV-2. Ils l’ont détectée après avoir observé que le groupe 0 était associé à un risque d’infection plus faible tandis que le groupe A était associé à un risque d’infection plus élevé.

Aucune des recherches menées depuis n’ont donné de résultats concluants. En juin, des scientifiques d’Europe et d’Australie ont mené une étude comparative entre le génome de 1 610 patients ayant développé une forme grave de la maladie et celui de 2 205 donneurs de sang sains. Les chercheurs ont observé que les variantes géniques de deux régions du génome humain étaient associées à une forme grave de la maladie et à un risque plus élevé de mortalité. Par ailleurs, les individus du groupe A présentaient jusqu’à 45 % plus de risque de développer une forme grave de la maladie. Par contre, les individus du groupe 0 présentaient 35 % moins de risque.

En juillet 2020, le Dr Latz et ses collaborateurs ont indiqué qu’ils n’avaient pas établi de relation entre le groupe sanguin et la gravité du SARS-CoV-2 (Annals of Hematology), à travers certains indicateurs de type hospitalisation, intubation ou décès.

Avec cette étude IVI se positionne une nouvelle fois en tant que référence dans la recherche, en particulier à travers ses recherches présentées lors de congrès internationaux  comme celui de l’ASRM. Si vous voulez avoir plus d’informations sur la Covid-19 et les traitements de fertilité à IVI, consultez la rubrique de notre web. Si vous souhaitez solliciter une première consultation gratuite et en ligne avec notre équipe médicale, nous nous tenons à votre disposition. Appelez-nous au 08 00 941 042 ou laissez-nous vos coordonnées en remplissant notre formulaire de contact, nous nous ferons un plaisir de vous appeler pour fixer un rendez-vous.

Demandez plus d'informations sans engagement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut de la pagearrow_drop_up