24 janvier 2023

Hyperthyroïdie et fertilité : quels sont les impacts ?

hyperthyroïdie et fertilité
Par le Comité de rédaction Blog IVI

Les dérèglements de la thyroïde, dont l’hypothyroïdie et l’hyperthyroïdie, font partie des facteurs qui peuvent avoir une influence sur la fertilité. En effet, les hormones sécrétées par la glande thyroïde, en plus de réguler des fonctions du corps comme l’appétit et la respiration, participent au bon fonctionnement de l’appareil reproducteur. La thyroïde est une petite glande en forme de papillon située au bas du cou, à l’avant de la trachée. Elle libère deux types d’hormones, la triiodothyronine (aussi appelée T3) et la thyroxine (ou T4). Celles-ci atteignent les différents organes par le biais de la circulation sanguine. On parle d’hyperthyroïdie quand la thyroïde produit un excès d’hormones. Que se passe-t-il alors dans l’organisme ? Hyperthyroïdie et fertilité : quels sont exactement les effets de ce trouble thyroïdien sur la capacité d’une femme à tomber enceinte ? Quel est le rôle de la procréation médicalement assistée (PMA) en cas d’hyperthyroïdie ?

Qu’est-ce que l’hyperthyroïdie et quels sont les symptômes ?

L’hyperthyroïdie se caractérise par une thyroïde trop active. La glande produit plus d’hormones T3 et T4 que nécessaire. Cela se traduit par une accélération des grandes fonctions de l’organisme. Cette situation entraîne l’apparition de symptômes comme un rythme cardiaque rapide, une perte de poids malgré un appétit conservé, des bouffées de chaleur avec transpiration et soif excessive, des troubles de l’humeur ou encore des troubles du sommeil. Les manifestations de l’hyperthyroïdie dépendent des personnes. Les signes peuvent être très légers, voir inexistants dans le cas d’un dérèglement mineur. L’hyperthyroïdie survient plus fréquemment chez les personnes âgées et chez les femmes. Toutefois, elle peut également toucher les personnes jeunes et les hommes.

L’hyperthyroïdie est très souvent consécutive à la maladie de Basedow, une affection auto-immune de la thyroïde liée à des prédispositions génétiques. Des symptômes caractéristiques s’observent alors, en plus des manifestations précédemment citées : saillie anormale de l’œil à l’extérieur des orbites (exophtalmie), inflammation de la paupière ou encore goitre (gonflement au niveau du bas du cou). Dans de plus rares cas, l’hyperthyroïdie peut être due à un trouble de l’hypophyse, la glande qui contrôle l’activité de la thyroïde.

Hyperthyroïdie et fertilité : quel lien et quelles conséquences ?

Les patients atteints par une hyperactivité de la thyroïde ont tendance à rencontrer des difficultés à procréer.

Chez les femmes, l’hyperthyroïdie peut entraîner des perturbations du cycle menstruel. Les règles sont irrégulières, peu abondantes, voire totalement absentes. Le cycle ovulatoire peut être impacté. L’ovulation ne se déroule pas correctement, ou ne se déroule pas du tout (on parle d’anovulation).

Hyperthyroïdie et fertilité sont également liées chez les hommes. L’activité trop soutenue de la thyroïde et l’excès d’hormones thyroïdiennes dans l’organisme peuvent, chez le partenaire masculin, perturber le processus de développement des spermatozoïdes (spermatogénèse). Les gamètes présentent, par exemple, une structure ou une forme anormale, qui les empêchent de féconder l’ovule. En outre, une impuissance peut s’observer.

Comment l’hyperthyroïdie est-elle diagnostiquée ?

Vous pensez être concernés par l’hyperthyroïdie dans votre couple ? Afin de diagnostiquer le trouble, votre médecin vous proposera tout d’abord un examen clinique. Il incluera une palpation du cou à la recherche d’un goitre (si celui-ci n’est pas visible à l’œil nu). Il vous prescrira également un dosage sanguin du taux de TSH (thyréostimuline). Cette hormone sécrétée par l’hypophyse est la principale régulatrice de la glande thyroïde. Quand la thyroïde est trop active, l’hypophyse cherche à ralentir la production d’hormones thyroïdiennes, en limitant sa sécrétion de TSH. En présence d’une hyperthyroïdie, le taux de TSH dans le sang est donc anormalement bas.

Des examens complémentaires pourront être indiqués pour rechercher la cause de l’hyperthyroïdie, comme un dosage d’anticorps en cas de suspicion de maladie de Basedow, une échographie de la thyroïde ou encore une scintigraphie thyroïdienne (un examen d’imagerie médicale visant à étudier la morphologie et le fonctionnement de la thyroïde).

Est-il possible de traiter la thyroïde afin d’obtenir une grossesse ?

En première intention, la prise en charge de l’hyperthyroïdie se fait fréquemment via un traitement médicamenteux à base d’antithyroïdiens de synthèse. Ceux-ci ont pour effet de réduire la production d’hormones par la glande thyroïde. Un traitement à l’iode radioactif, réalisé dans un service hospitalier, ou une ablation chirurgicale de la thyroïde peuvent être préconisés afin de neutraliser la glande, selon la situation personnelle du patient et l’origine du dérèglement thyroïdien. Après la mise en œuvre du traitement, les signes d’hyperthyroïdie s’effacent. La fertilité peut  alors être retrouvée.

Quelles solutions apporte la PMA en cas d’infertilité due à l’hyperthyroïdie ?

Malgré une prise en charge de l’hyperthyroïdie, il peut arriver que l’infertilité réapparaisse ou persiste. La procréation médicalement assistée (PMA) peut alors vous apporter des solutions pour que vous puissiez obtenir une grossesse. Un protocole d’insémination artificielle ou de fécondation in vitro (FIV) pourra vous être proposé en cas de cycles menstruels ou de cycles ovulatoires perturbés. Lorsque le partenaire masculin présente des spermatozoïdes aux capacités altérées, une FIV avec ICSI (injection intracytoplasmatique) pourra maximiser les chances de fécondation. Si vous ne disposez pas de spermatozoïdes ou d’ovules utilisables au sein de votre couple, un don de sperme ou un don d’ovocytes pourra vous permettre de concrétiser votre désir de parentalité.

Hyperthyroïdie et grossesse : que faut-il savoir ?

L’hyperthyroïdie peut générer des complications, notamment cardiaques, chez la femme enceinte. Le dérèglement thyroïdaire peut également affecter l’enfant à naître. Il augmente les risques de fausse couche ou encore de retard de développement. C’est pourquoi il est important de diagnostiquer l’hyperthyroïdie et d’entamer un traitement en amont de la grossesse.

Dans le cadre de la PMA, on vous proposera un bilan hormonal en début de parcours. Celui-ci pourra mettre en évidence des anomalies concernant votre taux de TSH, ou celui de votre partenaire. Des examens additionnels vous seront alors prescrits afin de confirmer l’hyperthyroïdie. Durant la grossesse, le traitement de la partenaire féminine sera adapté. Une surveillance rapprochée de ses taux hormonaux et du développement de l’enfant sera nécessaire.

Dans nos cliniques IVI en Espagne, nous proposons différents traitements de PMA, opérés à l’aide d’un équipement et de techniques de pointe. Après avoir réalisé un bilan complet d’infertilité, nos spécialistes vous orienteront vers les protocoles les mieux adaptés à votre situation. Nous réalisons l’insémination artificielle, la fécondation in vitro avec ou sans ICSI, ou don de sperme ou d’ovocytes. Posez-nous vos questions et prenez rendez-vous dans l’un de nos établissements au téléphone. L’appel est gratuit au 0800 941 042 depuis la France et au +34 960 451 185 depuis un autre pays. Vous pouvez aussi nous contacter depuis notre site en remplissant notre formulaire en ligne. Pour des échanges et un suivi facilités, notre équipe vous répondra en français.

Demandez plus d'informations sans engagement

Les commentaires sont fermés.

Haut de la pagearrow_drop_up