21 avril 2017

Le soutien psychologique lors d’un parcours de PMA est essentiel

IVI

Chaque année, en France, environ 60.000 couples consultent pour des problèmes de stérilité, soit 1 couple sur 7 connaît des difficultés à concevoir un enfant.
Beaucoup d’entre eux décident alors de suivre des traitements de PMA (Procréation médicalement assistée) comme la FIV, insémination artificielle ou encore le don d’ovocytes, mais ce parcours s’avère souvent très éprouvant et le soutien du compagnon, des proches, des amis ou des professionnels est plus que jamais indispensable.

Pour un couple ou une femme qui souhaite être mère, désirer un enfant plus que tout au monde et se retrouver confronté à des problèmes d’infertilité est une lourde épreuve à affronter. L’annonce de l’infertilité, la mise en place du diagnostic, la prescription du traitement médical adapté, les nombreux examens, l’angoisse des résultats, l’impression d’injustice et de découragement, la possibilité d’échec, le sentiment de culpabilité, engendrent souvent des tensions entre les partenaires.

Toutes ces étapes par lesquelles passent les couples atteints d’infertilité constituent des situations psychologiques difficiles à vivre et fragilisent non seulement chacun en tant qu’individu, mais aussi le couple lui-même. Pour certains couples c’est une démarche difficile car elle est aussi très intime.
Ce qui rend le parcours difficile :
– les démarches administratives et médicales,
– l’angoisse, le stress, l’appréhension et toutes ces questions qui défilent sans cesse…

Il faut savoir que la capacité émotionnelle joue un rôle important dans un traitement de PMA, d’où l’importance du soutien des proches et de son compagnon. « Lâcher prise » paraît impossible dans un tel parcours qui dure quelques fois depuis de nombreuses années, mais c’est une étape très importante. Même s’il n’est pas la cause de l’infertilité, il est démontré que le stress en parcours d’infertilité serait « source » de difficulté ou d’échec pour réussir à tomber enceinte.

Le saviez-vous ?
En effet, les femmes présentant un niveau d’anxiété très élevé ont une ovulation 20% inférieure, une fécondation 30% inférieure. Enfin, les fausses couches sont de 20% supérieures chez les femmes anxieuses.

Si vous n’arrivez pas à vous relaxer par vous-même faites confiance aux professionnels, ils sont là pour ça et ils pourront vous aider à affronter la frustration à titre individuel ou en couple.
Pensez à :
– la sophrologie
– l’ostéopathie
– les groupes de paroles ou les forums (ça fait toujours du bien de parler avec quelqu’un et surtout lorsqu’il s’agit des personnes qui ont traversé le même parcours)
– le psychologue
– IVI dispose d’une Unité de soutien psychologique dans ses cliniques de procréation assistée, composée de spécialistes qui vous aideront et vous conseilleront à tout moment.

D’une manière plus générale, il est important de prendre du temps pour soi et avec son conjoint afin de ne pas vivre en permanence dans l’attente.
Le couple doit continuer à entretenir son désir, malgré des rapports souvent planifiés dans le cadre du traitement de PMA.
Il faut également être à l’écoute du papa et ne pas négliger sa souffrance.
Sachez aussi vous entourer d’ami(e)s en qui vous avez pleinement confiance et parlez-de la PMA sans honte ni culpabilité.
Enfin et surtout, ne vous mettez pas la pression ni aucune deadline, un traitement de PMA prend beaucoup de temps et les résultats peuvent être longs. En cas d’échecs répétés, faire une pause dans son parcours de PMA peut être aussi très bénéfique pour la femme et pour le couple, pour souffler, prendre du recul et retenter un nouvel essai plus sereinement.

Si vous aussi vous avez suivi ou suivez un traitement de PMA, n’hésitez pas à partager avec nous tous vos conseils et expériences. Ils peuvent aider !

Solicita información sin compromiso:

2 commentaires

  • Lynda says:

    J ai vecu ma premiere PMA et c etais un echec car ya eu une ponction avec 8ovocytes et uniquement 2ovocytes ont ete fecondes mais ya pas eu devellopement car selon les medecins reserves ovariennes basse puis que j ai 37ans c etait un choc car je suis meme pas arrive au transfert en plus je suis payante a 100% j’ai pas ma carte vitale je suis seule en france livre a moi meme sauf mon mari j ai peu de la deprime

    • IVI says:

      Lynda, le parcours de la PMA peut être long et difficile. Si vous voulez consulter avec nos spécialistes pour avoir un RDV avec nos psychologues, n’hésitez pas à nous consulter au 08 00 941 042 (téléphone gratuit).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut de la pagearrow_drop_up