1 décembre 2015

Nettoyage de sperme, la clé pour éviter la transmission du Sida au nouveau-né

Il y a un peu plus de dix ans, pour la première fois dans les cliniques d’IVI, nous sommes parvenus à faire naître un enfant dont l’un des parents, en l’occurrence le père, était atteint du VIH. Grâce à la procréation assistée, nous avons relevé un défi irréalisable quelques années auparavant. Un traitement de nettoyage du sperme a permis à l’enfant, ainsi qu’à sa mère, de ne pas être atteints du virus. Le couple a ainsi réalisé son rêve de former une famille.

Aujourd’hui, en cette Journée mondiale de lutte contre le sida, nous tenons à rappeler cet événement, car ce type de maladies existe encore malgré l’évolution de la société. Le VIH reste de nos jours un obstacle pour la procréation. Le désir d’enfant est aussi important que celui de contrôler le virus, et dans la procréation assistée, la priorité doit toujours être mise sur la santé du nouveau-né. Dans les cas de couples hétérosexuels sérodiscordants, dans lesquels seul l’homme est atteint du VIH, il faut avoir recours à des techniques de procréation assistée pour éviter le risque de contamination, aussi bien pour la mère que pour le futur bébé.

Parmi les techniques de procréation assistée existant actuellement, le nettoyage de sperme constitue la clé pour isoler le VIH. Le virus ne se trouve pas dans les spermatozoïdes eux-mêmes, mais dans le plasma séminal et dans d’autres cellules présentes dans le sperme. Le nettoyage de sperme permet d’éliminer l’infection dont l’homme est atteint et de débuter un cycle de procréation assistée chez la femme.

En quoi consiste le nettoyage de sperme ?

Le nettoyage de sperme est un procédé simple réalisé dans les laboratoires d’andrologie. Il se déroule dans un endroit spécifique du laboratoire doté de hottes de sécurité très performantes, où les prélèvements sont isolés. Les autres échantillons, non infectieux, sont traités dans une autre partie des installations.
La technique permettant le nettoyage du sperme consiste à séparer les spermatozoïdes du plasma séminal et d’autres cellules susceptibles d’être porteuses du virus. À la suite de ce procédé, l’échantillon de sperme est congelé. Des techniques de biologie moléculaire sont ensuite utilisées pour vérifier que le sperme n’est plus infecté.

Un délai est toujours nécessaire pour réaliser ces essais avant de débuter le traitement pour la procréation ou la stimulation ovarienne. Le but est de garantir que l’échantillon de sperme est apte et non infecté avant de procéder à l’insémination.

Traitement après le nettoyage du sperme

Bien qu’une insémination artificielle puisse parfois être réalisée après le nettoyage du sperme, l’ICSI reste la procédure la plus courante. Une fois l’absence du VIH dans le sperme garantie, une ICSI (injection intra-cytoplasmique de spermatozoïde) est réalisée. Cette technique de fécondation in vitro, pratiquée en laboratoire, consiste à injecter directement le spermatozoïde dans l’ovule à l’aide d’une pipette.

Épidémiologie du VIH de nos jours

Actuellement, et selon les dernières données publiées par ONUSIDA fin 2013, environ 35 millions de personnes dans le monde sont atteintes du VIH ; parmi elles, 9 % sont des enfants de moins de 15 ans. Plus de 2 millions de personnes sont infectées chaque année par ce virus. En 2013, 1,5 million de décès dans le monde étaient liés au VIH, dont 190 000 chez des moins de 15 ans.

En 2014, 150 000 personnes sont porteuses du virus du sida en France. Parmi elles, on estime que 50 000 ne le savent pas ou n’ont aucun suivi médical. Les personnes entre 25 et 49 ans sont les plus touchées, elles représentent 69%. 6 584 ont découvert leur séropositivité en 2014, nombre globalement stable depuis 2007. En France, Les enfants nés avec le virus du sida ne font pas partie des statistiques. Ils sont la face cachée de l’épidémie.

Grâce aux avancées en matière de médicaments et dans les sociétés, le nombre de personnes ayant accès aux thérapies antirétrovirales augmente chaque année. Ces progrès ont contribué à une baisse significative de la mortalité et à une amélioration de la qualité de vie. Actuellement, les personnes infectées peuvent mener une vie semblable à celle des autres.

Solicita información sin compromiso:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut de la pagearrow_drop_up