18 février 2021

En quoi les hormones affectent-elles le corps lors d’un traitement de fertilité ?

hormones traitement de fertilité
Par le Comité de rédaction Blog IVI

Hormones et traitements de fertilité sont sans doute liés et vous allez probablement noter des changements à la fois physiques et émotionnels. Vous entrez dans un processus comprenant, certes, un traitement médical mais aussi, et c’est le plus important, un projet de vie.

Si déjà notre état de nervosité, avant un examen par exemple, peut perturber notre cycle…  Comment, aujourd’hui, un tel engagement, une telle décision pourraient ne pas nous bouleverser et agir sur notre corps ? Les hormones jouent un rôle essentiel dans notre organisme et, au-delà de ce rôle « organique », elles influencent énormément notre perception de la situation et des émotions associées.

Nous allons essayer de vous expliquer ces deux aspects, physiologiques et émotionnels, pour vous  permettre de disposer de toutes les informations utiles qui vous faciliteront ce processus.

Que sont les hormones exactement ?

Pour définir simplement les hormones, il s’agit de substances chimiques qui sont sécrétées dans les glandes endocriniennes et libérées dans le sang qui les véhicule jusque dans les organes où elles sont chargées d’activer ou de réguler certains mécanismes. À titre d’exemples, certaines hormones accélèrent le métabolisme, d’autres déclenchent la production de lait, d’autres accélèrent le rythme cardiaque et d’autres encore sont à l’origine et régulent le développement des organes sexuels.

La plupart d’entre elles sont des protéines même si certaines sont des substances grasses qui dérivent du cholestérol. Leur action peut être immédiate mais aussi, parfois, leurs effets se font attendre plusieurs jours voire plusieurs semaines, mois ou même plusieurs années.

Que sont les glandes endocriniennes ?

Comme déjà mentionné, les glandes endocriniennes sont chargées de produire les hormones.

La plus importante d’entre elles est l’hypophyse ou glande pituitaire située à proximité immédiate de l’hypothalamus, à la base du cerveau. Elle est minuscule mais primordiale car elle contrôle la sécrétion de pratiquement toutes les glandes endocriniennes. Dans le domaine de la procréation médicalement assistée, elle revêt une importance toute particulière car elle intervient dans pratiquement tous les processus : elle régule la sécrétion des hormones impliquées dans la croissance et la maturation des follicules ovariens (ces cavités de l’ovaire dans lesquelles les ovules se développent), la préparation du tissu utérin en vue de la grossesse (appelé endomètre), l’ovulation, la menstruation, et bien d’autres processus encore.

Les hormones dans un traitement de PMA

Quel que soit le traitement de PMA que vous allez suivre, nous avons besoin que votre corps réponde d’une manière précise et pour y parvenir nous devons vous administrer des hormones.

Nous vous présentons brièvement ci-dessous chacune des hormones dont vous allez souvent entendre parler dans les prochaines semaines :

  • Contraceptifs oraux sous forme de pilules à avaler : ils nous permettent de contrôler le cycle, de laisser les ovaires au repos et de prévoir l’arrivée des règles (attendues pour débuter le traitement de stimulation des ovaires).
  • Agonistes et antagonistes de la GnHR : cette hormone, qui libère les gonadotrophines, sert généralement à mieux contrôler la stimulation ovarienne et améliore la réponse aux gonadotrophines. Elle permet d’éviter, entre autres choses, les pics de la LH propres à l’organisme pouvant déclencher une ovulation spontanée qui annulerait le cycle. Elle évite de même la lutéinisation prématurée qui produit des ovules de mauvaise qualité. Elle est généralement administrée en injections sous-cutanées que vous pourrez vous faire vous-même chez vous ou en intramusculaires ou par nébulisation nasale.
  • Gonadotrophines : Il s’agit là de FSH (hormone folliculo-stimulante) ; LH (hormone lutéinisante) ; hMG (gonadotrophines post-ménopausiques humaines) et hCG (gonadotrophine chorionique humaine). Ces hormones nous aident à provoquer la croissance multiple de follicules ovariens et la maturation des ovules qu’ils contiennent, ainsi que le déclenchement de l’ovulation. Elles sont généralement administrées par injections sous-cutanées.
  • E2 (œstradiol) : cette hormone est à l’origine de la formation d’un ovule mature au cours de chaque cycle naturel et permet d’activer la production de l’hormone LH qui déclenche l’ovulation. Elle permet par ailleurs de préparer l’endomètre. Durant le traitement de stimulation, nous allons mesurer plusieurs fois les taux d’œstradiol dans le sang car, associés aux échographies, ces taux nous permettent d’évaluer le développement des follicules.
  • Progestérone (P4) : Elle fournit un support hormonal à la phase lutéale du cycle lorsque celle-ci est insuffisante ou si le traitement réalisé l’exige. Elle a pour fonction de stimuler l’épaississement du tissu intérieur de l’utérus dans lequel l’embryon va s’implanter et le fœtus se développer au cours de la grossesse. Les doses sont variables et sont généralement administrées par voie vaginale sous forme d’ovules mais peuvent également être prescrites en comprimés à avaler.

 

Quels effets vais-je noter lors de la prise d’hormones ?

Certaines femmes ne ressentent rien tandis que d’autres connaissent plus ou moins d’effets.

Du point de vue physiologique, vous pourrez ressentir une certaine somnolence, un gonflement abdominal et de la poitrine, une rétention de liquides, une légère migraine, des bouffées de chaleur et de petites douleurs dues à une augmentation de la taille des ovaires… De même, on constate parfois de petites réactions locales au niveau de la zone d’injection, érythème ou sensation de brûlure. En cas de prise d’ovules intravaginales, on observe parfois une légère irritation locale et une augmentation de la quantité du flux.

Si vous notez ces effets, parlez-en à votre équipe médicale, qui vérifiera que tout va bien et vous donnera des conseils pour vous soulager.

Sur le plan psychologique, les effets sont également variables. Les changements d’humeurs sont assez fréquents, ainsi qu’un état dépressif et d’anxiété tout comme une diminution de la libido. Il est difficile de mesurer ce qui est dû au traitement hormonal lui-même et la part liée au stress et à l’anxiété provoqués par la situation dans son ensemble. Toutefois, comme pour les douleurs physiques éventuelles, n’hésitez pas à vous confier à notre équipe médicale qui vous aidera à surmonter ces problèmes. Nous disposons dans chacune de nos cliniques d’une équipe de psychologues spécialisés qui sont à votre entière disposition pour vous faciliter les choses et vous fournir les outils nécessaires pour vous aider.

Si vous souhaitez obtenir davantage d’informations sur ces questions, n’hésitez pas à nous consulter, nous serons très heureux de vous aider et de répondre à toutes vos interrogations. Posez-nous vos questions, nous vous répondrons dans les meilleurs délais, soit lors d’une première consultation chez IVI , soit en nous contactant par téléphone au 08 00 941 042 (numéro gratuit depuis la France) ou au +34 960 451 185. Vous pouvez également solliciter un rendez-vous avec le spécialiste IVI de votre choix en remplissant notre formulaire en ligne

Rassurez-vous ! Nous serons toujours là pour vous guider, nous nous y sommes engagés !

 

Demandez plus d'informations sans engagement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut de la pagearrow_drop_up