20 janvier 2022

Tout ce qu’il faut savoir sur l’hystéroscopie

hystéroscopie opératoire-min
Par le Comité de rédaction Blog IVI

L’hystéroscopie opératoire est une intervention permettant d’explorer l’intérieur de l’utérus et, si besoin, de retirer des anomalies de la cavité utérine. Elle est utile pour diagnostiquer et traiter certaines pathologies. Ce protocole, rapide et indolore, pourra vous être indiqué si vous présentez des troubles gynécologiques comme des saignements répétés ou des douleurs. Il pourra également vous être proposé après une échographie pelvienne qui aura mis en évidence un trouble de l’utérus. Cette procédure est fréquente aussi dans le cadre d’un bilan d’infertilité ou d’un traitement de procréation médicalement assistée. Quel est exactement le principe de l’hystéroscopie ? Quelle est la différence entre l’hystéroscopie diagnostique et l’hystéroscopie opératoire ? Quelles sont les suites et quels sont les risques liés à cette intervention ? Nous vous présentons toutes les informations à connaître sur l’hystéroscopie dans cet article.

 

La définition de l’hystéroscopie

L’hystéroscopie est une intervention au niveau de l’utérus à l’aide d’un endoscope. Celui-ci est un tube long et fin parcouru de lentilles optiques et muni d’une caméra miniature à son extrémité. En pratique, l’endoscope (appelé hystéroscope) s’introduit dans la cavité utérine par les voies naturelles, avec ou sans pose de spéculum. La patiente est alors installée sur le dos en position gynécologique. Les images transmises par l’appareil sont visibles sur un écran vidéo disposé à proximité de la patiente. Un liquide irrigue l’utérus tout au long de l’intervention pour en distendre les parois et faciliter leur observation (par exemple, du liquide physiologique ou une solution à base de glycocolle).

 

L’hystéroscopie diagnostique

On distingue deux types d’hystéroscopies : l’hystéroscopie diagnostique et l’hystéroscopie opératoire. L’hystéroscopie diagnostique revient à explorer l’utérus pour en visualiser la paroi interne. Éventuellement elle comprend aussi réaliser un prélèvement des tissus de l’endomètre. L’endoscope est de diamètre très restreint (quelques millimètres), ce qui permet habituellement une intervention sans anesthésie. La patiente pourra ressentir un léger spasme lors de l’introduction de l’appareil, qui se dissipera très vite. Elle pourra également percevoir dans son vagin le passage du liquide employé pour dilater son utérus. L’hystéroscopie diagnostique a lieu dans un cabinet de consultation ou éventuellement un bloc pour une question d’asepsie. C’est une opération rapide, qui dure en moyenne une dizaine de minutes.

 

L’hystéroscopie opératoire

L’hystéroscopie opératoire est une intervention chirurgicale pratiquée sous anesthésie générale ou locorégionale, par un chirurgien gynécologue. Elle s’effectue à l’aide d’un endoscope de diamètre plus important que pour une hystéroscopie diagnostique (environ 10 mm). Le passage nécessite l’utilisation d’un spéculum et quelque fois la dilatation du col de l’utérus. En plus d’une caméra, l’hystéroscope a des instruments à son extrémité, comme un bistouri électrique ou des micro ciseaux. Ceux-ci permettent au praticien d’opérer les anomalies situées à l’intérieur de la cavité utérine de la patiente. L’hystéroscopie opératoire se réalise le plus souvent en ambulatoire (hospitalisation de jour), et n’implique normalement aucun séjour à l’hôpital.

 

Les suites de l’hystéroscopie

L’hystéroscopie n’entraîne pas de douleurs particulières et ne requiert pas de soins spécifiques. Des saignements de faible intensité peuvent apparaître après l’opération, pendant une période variable de temps (jusqu’à 48 heures après une hystéroscopie diagnostique et jusqu’à une semaine après une hystéroscopie opératoire). Dans le cas d’une hystéroscopie opératoire, le médecin vous conseillera généralement de marquer une période de repos après votre retour à votre domicile. Les bains, la piscine et les rapports sexuels seront à éviter durant les quelques jours suivant l’intervention. Vous pourrez par contre vous doucher sans problème.

Vous aurez une visite postopératoire avec votre gynécologue habituel (ou éventuellement votre chirurgien) dans la semaine ou le mois à venir. Si des fragments de tissu ou des lésions ont été prélevés durant votre hystéroscopie, on les enverra en laboratoire pour les analyser. Comme toute intervention chirurgicale, l’hystéroscopie opératoire implique des risques : risques liés à l’anesthésie, risques d’infection utérine, etc. Toutefois, la survenue de complications graves reste extrêmement rare.

 

Les indications de l’hystéroscopie opératoire

L’hystéroscopie diagnostique est utile pour vérifier l’absence de pathologie de l’utérus, alors que des symptômes comme des douleurs abdominales ou des saignements inhabituels sont observés par la patiente. Elle est également indiquée en cas de suspicion de lésion ou d’anomalie dans la cavité utérine, notamment suite à une échographie pelvienne. Elle sert à établir ou à compléter le diagnostic. L’hystéroscopie opératoire est préconisée pour lever les adhérences (synéchies), pour retirer les polypes utérins et les petits fibromes (tumeurs bénignes), pour sectionner une cloison utérine ou encore pour procéder à une endométrectomie lorsque cela est nécessaire. 

 

L’hystéroscopie et la fertilité

L’hystéroscopie diagnostique fait partie des examens classiques dans un bilan d’infertilité. Elle permet en effet la recherche d’éventuelles anomalies responsables de difficultés à concevoir. Cette intervention est aussi indiquée dans le cadre de la procréation médicalement assistée, pour vérifier la normalité de l’utérus avant le lancement d’un traitement par fécondation in vitro (FIV), par exemple. L’hystéroscopie opératoire peut permettre de remédier à certains problèmes de fertilité, lorsqu’on l’utilise pour retirer des lésions empêchant la nidification de l’embryon et le bon déroulement de la grossesse (comme des adhérences ou des malformations de la cavité utérine).

 

Dans les cliniques IVI, nous vous proposons un accompagnement complet du début à la fin de votre traitement de procréation assistée. Votre prise en charge débutera par une phase de diagnostic et d’examens personnalisés, afin de définir le protocole de reproduction le plus adapté à votre situation (insémination artificielle, FIV avec ou sans ICSI, etc.). Vous avez besoin de renseignements sur nos traitements et nos technologies ? Vous souhaitez prendre rendez-vous pour discuter de votre projet de parentalité avec l’un de nos spécialistes ? N’hésitez pas à compléter notre formulaire de contact pour nous faire part de vos demandes. Nos collaborateurs se feront un plaisir de vous répondre dans votre langue. Vous pourrez également obtenir des informations sur nos services en nous appelant au 08 00 941042 (appel gratuit depuis la France) ou au +34 960 451 185 (appel depuis un autre pays).

Demandez plus d'informations sans engagement

Les commentaires sont fermés.

Haut de la pagearrow_drop_up