25 septembre 2015

La Fondation IVI demontre, pour la premiere fois, la communication entre la future mere et l’embryon une fois implanté

Fondation IVI

Une étude, intitulée Hsa-miR-30-d, menée par le chercheur Felipe Vilella et Carlos Simón, directeur scientifique de la Fondation IVI, vient d’être publiée dans la revue scientifique «Development». Elle démontre, pour la première fois dans l’histoire de la génétique, quelque chose qui avait déjà été suggéré par Barker en 1990 quand il a dit que «ce qui se passe dans l’utérus maternel est plus important que ce qui se passe à la maison après la naissance»: la communication entre la femme enceinte et l’embryon conduit à des modifications dans le génome du futur bébé.

Cette étude démontre que la mère peut modifier les données génétiques de l’enfant, même lorsque l’ovule provient d’une donneuse ou entre une mère porteuse et le bébé. Ce qui change complètement le paradigme de l’ovodonation et de la maternité de substitution. Elle ouvre la porte de l’espoir pour les mères qui doivent recourir à un don d’ovocytes pour assouvir leur désir d’avoir des enfants et alerte celles qui choisissent la maternité de substitution sur l’importance de la mère porteuse et les informations qui émanent d’elle.

Ces résultats nous montrent qu’il y a un échange entre l’endomètre et l’embryon, qui est quelque chose que nous soupçonnions déjà en raison de la coïncidence de certaines caractéristiques physiques entre les mères et les enfants nés grâce à un don d’ovocytes et aussi en raison de l’incidence de maladies chez les enfants liées à une pathologie maternelle pendant la grossesse, tels que l’obésité et le tabagisme « , a expliqué le chercheur Felipe Vilella.

Certains modes de vie comme le tabagisme et certaines maladies comme l’obésité peuvent finir par modifier les cellules des femmes, y compris celles de leur endomètre. En effet, cela peut provoquer des changements sur le liquide de l’endomètre et sa sécrétion. Les données génétiques de la femme enceinte sont alors transmises directement à l’embryon, modifiant ainsi son développement.

« Cette transmission peut entrainer des particularités qui se révéleront ou seront inhibées dans l’embryon, ce qui donne lieu à des modifications qui nous montrent comment les maladies, telles que le diabète et l’obésité sont transmises », expliquent les chercheurs. « Par conséquent, cette publication devrait permettre d’empêcher ces types de maladies lorsque leur cause est épigénétique. A l’avenir, sachant que cette transmission existe, nous serons en mesure de la détecter et de l’interrompre, mettant ainsi un terme à la prédisposition des mères obèses à avoir des enfants obèses. Dans les pays où la maternité de substitution est autorisée, nous attacherons plus d’importance au mode de vie de la femme enceinte avant la grossesse. »

Demandez plus d'informations sans engagement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut de la pagearrow_drop_up