10 avril 2019

Utérus rétroversé : quels symptômes? Quels traitements?

De 20 à 30 % des femmes ont un utérus rétroversé. Cette variante anatomique correspondant à une bascule de l’utérus vers l’arrière n’est pas une pathologie. Généralement indolore et sans conséquence sur la santé, cette orientation particulière de l’utérus peut toutefois présenter des risques dans certaines situations. Comment fonctionne l’utérus ? Quelles sont les différentes positions de cet organe ? Quelles sont les singularités de l’utérus rétroversé ? Faut-il traiter un utérus rétroversé et si oui, quand intervenir ? Quel impact un utérus rétroversé peut-il avoir sur la fertilité et la grossesse ? Les patientes ayant un utérus rétroversé peuvent-elles bénéficier d’un protocole de PMA tel qu’une FIV (fécondation in vitro) ou une insémination artificielle ? Symptômes, diagnostic, traitement : tout ce qu’il faut savoir sur l’utérus rétroversé.

L’utérus, c’est quoi ?

Organe creux du système reproducteur de la femme, l’utérus est la poche qui accueille l’embryon et abrite la croissance du fœtus. Il se situe dans le pelvis (bas-ventre), entre la vessie et le rectum. Il présente la forme d’un cône orienté vers le bas en direction du col de l’utérus et du vagin. Dans sa partie haute, il se prolonge par les cornes utérines, puis les trompes de Fallope qui mènent aux ovaires. L’utérus est maintenu dans le pelvis par un système d’attache composé des ligaments ronds et utéro-sacrés, des muscles releveurs et des muscles du plancher pelvien (périnée).

Comment fonctionne l’utérus ?

L’utérus est enveloppé par un muscle lisse, le myomètre, qui se contracte pendant l’accouchement pour favoriser l’expulsion du bébé. À l’intérieur, l’utérus est tapissé d’une muqueuse : l’endomètre. Sous l’effet des hormones (œstrogènes), l’endomètre s’épaissit pendant le cycle menstruel. S’il n’y a pas de fécondation, cette membrane est éliminée par le vagin au cours des règles. Si la fécondation a lieu, l’utérus, qui mesure 8 cm par 4 cm en temps normal, augmente jusqu’à 35 cm pour s’adapter à la taille du fœtus lors de la grossesse. Il retrouve ses dimensions habituelles deux mois après l’accouchement.

Les différentes positions de l’utérus

Dans 70 % à 80 % des cas, l’utérus est fléchi vers l’avant, reposant sur la vessie. On dit qu’il est antéversé et antéfléchi. Parfois, l’utérus est aligné avec la cavité vaginale. Chez 20 à 30 % des femmes, cet organe est basculé vers l’arrière, reposant sur le rectum. On parle alors d’utérus rétroversé (sans conséquence pour la grossesse). Il arrive que l’utérus passe d’une position antéversée lorsque le rectum est plein à une position rétroversée lorsque la vessie est pleine.

Les particularités de l’utérus rétroversé

La rétroversion de l’utérus n’est pas une exception, puisqu’elle concerne 20 à 30 % des femmes. Il ne s’agit en aucun cas d’une pathologie. En l’état actuel des connaissances, rien n’indique qu’elle soit une caractéristique héréditaire.

Le positionnement incliné vers l’arrière de l’utérus, en direction du rectum, peut être d’origine congénitale (c’est-à-dire existant dès la naissance) ou secondaire (suite à un accouchement avec déchirure obstétricale ou distension des ligaments de l’utérus, par exemple). Cette situation peut également être liée à certaines pathologies pelviennes. Ainsi, la présence d’une masse comme un fibrome utérin (particulièrement chez les femmes de plus de 40 ans) est susceptible d’expliquer l’effet de refoulement de l’utérus vers l’arrière. De même, un utérus rétroversé peut être la conséquence d’une maladie inflammatoire comme l’endométriose.

Utérus rétroversé et PMA

Simple variante anatomique, l’utérus rétroversé n’entrave pas l’accès des spermatozoïdes à l’ovule et ne bloque en rien le déroulement de la grossesse. La position vers l’arrière de l’utérus n’est pas non plus un frein aux traitements de PMA. Seules les pathologies associées peuvent entraîner des problèmes d’infertilité.

Les patientes présentant une rétroversion de l’utérus peuvent donc accéder aux différentes techniques de reproduction assistée, qu’il s’agisse :

Utérus rétroversé et grossesse

Le plus souvent, un utérus rétroversé n’a aucune conséquence sur le déroulement de la grossesse.

Il est possible que des douleurs soient ressenties au cours du premier trimestre. Elles peuvent s’expliquer par le redressement progressif et spontané de l’utérus entre la douzième et la quatorzième semaine. L’utérus augmentant de volume, il se redresse naturellement, passant en position antéversée.

Si l’utérus ne se redresse pas spontanément au-delà du premier trimestre de grossesse, une manœuvre par voie vaginale s’avère nécessaire pour écarter tout risque d’enclavement de l’utérus dans le petit bassin. Cette intervention permettant d’orienter l’utérus en position d’antéversion est habituellement réalisée sous anesthésie générale.

Le diagnostic de l’utérus rétroversé

Les femmes ayant un utérus rétroversé ne présentent d’ordinaire aucun signe particulier. La rétroversion de l’utérus est souvent découverte de façon fortuite lors d’un contrôle gynécologique. Il peut s’agir :

  • d’une échographie (examen indolore et non irradiant le plus couramment prescrit) ;
  • d’une IRM (utilisée en présence de certaines pathologies comme l’endométriose) ;
  • d’un scanner ;
  • d’une hystéroscopie (permettant d’examiner directement la cavité utérine et l’endomètre via la fibre optique).

Utérus rétroversé et douleurs : les symptômes

Nous l’avons vu, dans la majorité des cas, l’utérus rétroversé n’a aucun impact sur la fertilité, la santé et la grossesse des femmes. Néanmoins, un utérus rétroversé peut entraîner des symptômes plus ou moins handicapants comme des douleurs pelviennes et sacro-lombaires plus fréquentes avant et pendant la période menstruelle (dysménorrhées). Des douleurs lors des rapports sexuels (dyspareunie) peuvent aussi être ressenties. D’autres manifestations peuvent être observées en présence d’un utérus rétroversé : constipation, douleurs à la défécation, difficultés urinaires ou envies répétées d’uriner. Enfin, il faut souligner que la rétroversion de l’utérus présente un risque renforcé de prolapsus génital (communément appelé descente d’organes).

L’indication opératoire n’est envisagée qu’en cas de très fortes douleurs.

Utérus rétroversé : ça se soigne?

Dans la plus grande partie des cas, face à l’absence de symptômes et de conséquences, les femmes ayant un utérus rétroversé ne reçoivent aucun traitement spécifique. Cependant, une prise en charge peut être étudiée si les douleurs provoquées par l’utérus rétroversé se révèlent invalidantes.

Un test au pessaire peut être proposé pour confirmer le lien de causalité entre les douleurs ressenties et la rétroversion de l’utérus. Dans ce cadre, le praticien introduit un pessaire (anneau souple en caoutchouc, latex ou silicone) dans le vagin de la patiente en vue de fixer ou limiter la mobilisation du col utérin et de soutenir l’utérus, en corrigeant partiellement la rétroversion. Le dispositif est laissé en place quelques jours, voire quelques semaines. Si le test est positif (c’est-à-dire que les douleurs sont soulagées), le lien de causalité (douleurs/utérus rétroversé) est prouvé. Une intervention chirurgicale est alors envisageable.

Utérus rétroversé et stérilet

Un utérus rétroversé ne gêne aucunement la pose d’un stérilet. En revanche, si la bascule de l’utérus est consécutive à une pathologie utérine, il est probable que cette méthode de contraception soit proscrite. En effet, les DIU (dispositifs intra-utérins) pouvant accroître la durée des règles et l’importance des saignements, ils sont clairement contre-indiqués en cas d’endométriose ou de fibrome. En tout état de cause, pour obtenir un diagnostic précis de l’utérus et éviter toutes sortes de complications, il est plus prudent de réaliser une échographie avant l’introduction du stérilet.

Vous voulez en apprendre davantage sur les techniques utilisées dans les centres d’IVI ? Vous voulez obtenir des détails sur le nouveau forfait diagnostique ? Vous désirez rencontrer un de nos spécialistes pour faire un point sur votre fertilité ? N’hésitez pas à solliciter un rendez-vous dans la clinique IVI de votre choix en remplissant notre formulaire dédié ou en nous contactant au 08 00 941 042 (appel gratuit depuis la France) ou au +34 960 451 185. Si vous avez une préférence, vous pouvez demander un entretien avec un de nos praticiens en particulier.

Afin de préparer au mieux votre première consultation, notre service responsable de l’accueil des patients aura besoin de collecter un certain nombre d’informations comme le motif de votre visite, vos traitements en cours ou anciennement prescrits et les examens déjà effectués. IVI vous propose un accompagnement personnalisé en désignant un interlocuteur attitré parlant votre langue. Ce tuteur bilingue assurera le lien avec les équipes médicales du premier rendez-vous au dernier jour de votre prise en charge.

Solicita información sin compromiso:

2 commentaires

  • Bialais says:

    Bonsoir , je viens d’apprendre après avoir fait une écho que j’ai un utérus rétroversé, et un gynéco il y a quelques années m’a dit que j’avais des petits kistes aux ovaires d’ou de fortes douleurs pendant mes règles . Je n’ai pas pris attention à cette époque mais je suis maintenant en essai bébé et je souhaite avoir quelques conseils car je suis assez anxieuse sur ce sujet qui me porte vraiment à cœur .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut de la pagearrow_drop_up