7 septembre 2021

Retomber enceinte après une fausse couche précoce

enceinte après une fausse couche
Par le Comité de rédaction Blog IVI

Selon les estimations, une moyenne de 15 à 20 % des grossesses se solde par une fausse couche, ce pourcentage tendant à augmenter avec l’âge des femmes. Un arrêt spontané de la grossesse est souvent difficile à surmonter d’un point de vue émotionnel pour les futurs parents. Toutefois, dans la plupart des situations, les chances de retomber enceinte ultérieurement ne sont pas altérées. En effet, la fertilité après une fausse couche précoce est généralement préservée. Quand ce n’est pas le cas, ou lorsque les fausses couches se répètent, la procréation médicalement assistée (PMA) propose des solutions efficaces pour obtenir une grossesse. Qu’est-ce exactement qu’une fausse couche ? Quand reprendre les essais pour avoir un bébé après un arrêt spontané de la grossesse ? Quelles précautions suivre pour éviter une nouvelle fausse couche ? Quels protocoles de PMA peuvent être envisagés en cas de fausses couches successives ? Nous vous apportons les réponses à vos questions.

 

Qu’est-ce qu’une fausse couche ?

Lorsqu’on parle de fausse couche, il est question d’un arrêt spontané de la grossesse. Cet événement peut être causé par une anomalie d’ordre génétique sur l’embryon, qui empêche son développement normal. Le corps élimine alors naturellement cet embryon non viable. Une fausse couche peut aussi être déclenchée suite à des problèmes de santé chez la mère (diabète non contrôlé, déséquilibres hormonaux, malformations de l’utérus, endométriose, infection de type toxoplasmose, etc.). Dans de plus rares cas, elle peut être liée à des facteurs externes (prise d’un médicament contre-indiqué pendant la grossesse, exposition au tabac, consommation d’alcool, etc.). Les fausses couches précoces, survenant avant la 14e semaine d’aménorrhée, sont les plus fréquentes. Elles sont à opposer aux fausses couches tardives, qui se déroulent entre la 14e et la 22e semaine d’aménorrhée. Si la grossesse s’arrête après 22 semaines d’aménorrhée, on ne parle plus de fausse couche, mais de mort fœtale (22 SA correspondant au seuil de viabilité du fœtus selon l’Organisation Mondiale de la Santé – OMS).

 

Peut-on retomber enceinte après une fausse couche ?

Dans la majorité des situations, la fertilité après une fausse couche précoce est conservée. Une fausse couche isolée n’a pas d’influence sur le succès des grossesses futures. La survenue de fausses couches à répétition, par contre, peut mettre en évidence une infertilité au sein du couple. Si vous êtes concernée par trois fausses couches successives avec le même partenaire masculin, il convient de vous rapprocher d’un spécialiste. Il vous prescrira un bilan de fertilité, composé de différents examens. Entre eux, un bilan hormonal pour vous et un spermogramme pour votre partenaire. Ce bilan servira à rechercher les causes de vos difficultés à concevoir.

 

Quand reprendre les essais bébé après une fausse couche précoce ?

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande d’observer une période d’au moins 6 mois après une fausse couche pour retomber enceinte. Ce délai assurerait la restauration complète des fonctions ovariennes. Il permettrait aussi la maximisation des chances de mener la prochaine grossesse à terme sans complications. Toutefois, certaines études tendent à contredire ces recommandations, et ne mettent pas en évidence un plus fort taux de succès après cette attente de 6 mois. Le meilleur moment pour reprendre les essais bébé après une fausse couche, c’est celui où vous vous sentirez physiquement et psychologiquement prêts à accueillir une nouvelle grossesse dans votre couple.

 

Quelles précautions prendre pour retomber enceinte après une fausse couche ?

Sauf dans de très rares cas où des complications sont intervenues après l’interruption de la grossesse (comme une infection de l’utérus), il n’existe pas de risque particulier à retomber enceinte après une fausse couche précoce. Hors contre-indication formulée par votre médecin, il n’y a donc pas de précaution spécifique à prendre. Ayez des rapports non protégés réguliers et gardez une hygiène de vie saine. Pour identifier les jours du cycle où vous êtes le plus fertile, vous pouvez vous aider d’un test d’ovulation.

 

Quelles précautions prendre pour éviter une nouvelle fausse couche ?

Vous êtes à nouveau enceinte ? Félicitations ! Les interruptions spontanées de grossesse liées à une anomalie de l’embryon ne peuvent pas être empêchées. Or, il est possible de réduire le risque de fausse couche relatif à certains facteurs environnementaux. De manière générale, évitez l’exposition au tabac, ne consommez pas d’alcool et limitez vos apports en caféine. Abstenez-vous également d’ingérer des aliments qui pourraient favoriser la transmission de pathologies comme la toxoplasmose et la listériose. Il s’agit de viandes, poissons et fruits de mer crus, produits laitiers non pasteurisés, fruits et légumes crus non lavés et non épluchés, etc.

 

Fertilité altérée, fausses couches à répétition : quelles sont les solutions apportées par la PMA ?

La PMA peut vous apporter des solutions qui vous permettront de devenir parents si votre fertilité après une fausse couche précoce est altérée. Ou bien, si vous n’arrivez plus à tomber enceinte malgré des rapports réguliers, ou si vous subissez des fausses couches à répétition, . Un protocole de FIV Genetic, par exemple, pourra être envisagé. Ce traitement correspond à une fécondation in vitro (FIV) assortie d’un diagnostic génétique préimplantatoire (PGT). Ce dernier a pour fonction de dépister les anomalies dans le nombre de chromosomes des embryons, aussi appelées aneuploïdies. Les embryons présentant des défauts sont écartés du protocole et ne sont pas transférés dans l’utérus de la patiente. Ceci permet de réduire le risque de fausse couche lié à une maladie génétique.

Vous avez des questions sur la procréation médicalement assistée (PMA) ? Et sur la fécondation in vitro (FIV) avec diagnostic génétique préimplantatoire ? Pour obtenir les informations dont vous avez besoin, vous pouvez joindre l’équipe IVI au 08 00 941042 (appel gratuit depuis la France) ou au +34 960 451 185 (appel depuis un autre pays). Vous préférez vous rendre directement dans l’une de nos cliniques pour rencontrer nos spécialistes ? Remplissez simplement notre formulaire de contact pour planifier une entrevue. Afin de faciliter votre prise de renseignements et le déroulement de votre traitement, plusieurs de nos centres vous recevront en français.

Demandez plus d'informations sans engagement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut de la pagearrow_drop_up