16 juillet 2021

IVI : les spécialistes de la PMA particulièrement complexe

IVI PMA complexe
Par le Comité de rédaction Blog IVI

Donner naissance à un enfant n’est pas toujours chose facile. De nombreux facteurs peuvent s’y opposer et briser ainsi le rêve de nombreuses femmes ou de nombreux couples. Depuis déjà plusieurs décennies, la procréation médicalement assistée propose et apporte des solutions. Elle permet ainsi à des milliers de personnes à travers le monde de réaliser leur rêve. Pour pouvoir traiter les différents cas d’infertilité rencontrés IVI investit en permanence dans la recherche. On applique les technologies les plus modernes pour pouvoir les proposer à nos patients. À IVI nous sommes des spécialistes de la PMA particulièrement complexe. C’est pour celà que des milliers de femmes nous font confiance pour les aider à réaliser leur rêve.

 

Échec d’implantation

Un échec d’implantation est diagnostiqué lorsque la patiente n’obtient pas de grossesse après un transfert de deux embryons euploïdes. Ce nom désigne les embryons qui présentent un profil chromosomique normal, soit ceux qui possèdent 46 chromosomes.

On considèrera également qu’il y  a échec d’implantation lorsque la grossesse n’a pas été obtenue après le transfert de quatre embryons au stade de blastocyste. Environ 5 % des patientes d’IVI ont connu un échec d’implantation. Nous cherchons sans cesse à résoudre ce problème, sur lequel nous travaillons constamment. Ceci est un exemple de cas de PMA particulièrement complexe.

 

Femmes présentant des fausses couches spontanées à répétition

Un autre cas de PMA particulièrement complexe traite les fausses couches spontanées à répétition. Il s’agit de deux, ou plus, interruptions de la gestation avant la 24e semaine, ce qui a concerné jusque-là 6 % de nos patientes.

Qu’il s’agisse de fausses couches à répétition ou d’échecs d’implantation, nous sommes en mesure de vous proposer des solutions car nous sommes les spécialistes de la PMA particulièrement complexe. Nous traitons ce type de cas sous deux angles : l’angle du diagnostic, en étudiant les antécédents personnels et familiaux et l’angle thérapeutique, en réalisant un certain nombre d’examens.

 

Étude diagnostique en cas d’échec d’implantation ou de fausses couches à répétition

En présence d’échecs d’implantation ou de fausses couches à répétition, nous prescrivons un certain nombre d’examens. Ils peuvent contribuer à identifier l’origine de ces problèmes :

  • Imagerie – échographie 3D, hystéroscopie ou laparoscopie : ces examens permettent de détecter d’éventuelles pathologies organiques génitales.
  • Analyses : elles permettent d’établir les causes associées aux thrombophilies maternelles.
  • Test de réceptivité endométriale
  • Test génétique préimplantatoire (PGT-A) : il permet de détecter les modifications chromosomiques

Il se peut que ces examens ne permettent pas aux spécialistes d’identifier les raisons des fausses couches ou des échecs d’implantation. Dans ces cas là nous envisageons la possibilité de réaliser une étude d’immunologie reproductive dans notre Unité d’immunologie. C’est un autre cas de PMA particulièrement complexe.

 

Étude thérapeutique en cas d’échec d’implantation ou de fausses couches spontanées à répétition

  • Imagerie – échographie 3D, hystéroscopie ou laparoscopie en vue d’un traitement des éventuelles pathologies organiques génitales détectées
  • Traitement visant à résoudre les problèmes de thrombophilies congénitales ou acquises qui sera confié à un hématologue spécialisée dans les pathologies de la reproduction
  • Diagnostic génétique préimplantatoire (PGT-A + PGT-SR) ou don de gamètes afin de prévenir la transmission d’anomalies chromosomiques parentales ou d’anomalies embryonnaires, en coordination avec les spécialistes de l’Unité de génétique reproductive d’IVI

 

Devenir mère à partir de 40 ans

Les femmes sont nombreuses à vouloir retarder leur maternité pour différentes raisons. Lorsqu’elles veulent enfin accéder à leur rêve, l’âge est un des principaux facteurs qui vient s’y opposer. De même, l’âge constitue un frein à tout traitement de PMA. En effet, à partir de 35 ans, la qualité des ovocytes de la femme diminue. Parallèlement, le risque d’obtenir des embryons aneuploïdes (avec anomalie chromosomique) augmente. L’âge joue également sur la quantité d’ovocytes produits et peut être la cause d’une faible réserve ovarienne. La patiente risque ainsi de ne pas générer suffisamment d’ovocytes après un processus de stimulation ovarienne durant un cycle de FIV.

Chez IVI, nous sommes spécialistes de la PMA particulièrement complexe. Lorsque nos patientes de plus de 40 ans viennent nous consulter parce qu’elles souhaitent avoir un enfant, nous commençons dans un premier temps par réaliser une étude de leur fertilité à travers divers examens dont un dosage du taux de l’hormone antimüllérienne (AMH) et une échographie 3D.

Dans un deuxième temps, le spécialiste et la patiente décident ensemble du traitement le plus approprié. Une fois ce traitement choisi, nous vous proposons différentes solutions adaptées à votre cas, parmi lesquelles :

  • un diagnostic génétique préimplantatoire (PGT-A) pour pouvoir sélectionner les meilleurs embryons et s’assurer ainsi de la naissance rapide d’un enfant en bonne santé ;
  • l’accumulation d’ovocytes, en cas de réserve ovarienne faible de recommandation de PGT-A. Il peut également être conseillé à ces patientes d’opter pour DuoStim, un protocole de double stimulation ;
  • don d’ovocytes, pour écarter les effets négatifs de l’âge sur la qualité des ovocytes.

 

PMA complexe à IVI: faible réserve ovarienne

Un cas très fréquent à IVI de PMA particulièrement complexe vient avec une faible réponse ovarienne. On en parle lorsque le résultat de la stimulation ovarienne réalisée chez la femme n’est pas optimal. Ce résultat a pour conséquence principale l’obtention d’un nombre d’ovocytes trop faible qui donnera un nombre également trop faible d’embryons pouvant être sélectionnés et transférés. Les chances de grossesse sont ainsi considérablement réduites.

Avec l’augmentation progressive de l’âge de la maternité, le nombre de femmes considérées comme ayant une faible réponse ovarienne est également plus élevé même si les progrès réalisés en matière de PMA nous permettent aujourd’hui de proposer plusieurs solutions.

  • L’accumulation d’ovocytes issus de différents cycles. Elle nous permet de pouvoir regrouper les transferts possibles en un seul. Cette technique permet d’obtenir des taux d’annulation plus faibles, un taux cumulé de nouveau-nés plus élevé et des cycles apportant davantage d’embryons congelés.
  • FIV Genetic PLUS, puisque le principal facteur de faible taux de réponse est la diminution de la réserve ovarienne en raison de l’âge de la femme. Même si la faible réponse ovarienne et la probabilité accrue de générer des ovocytes aneuploïdes peut avoir pour origine d’autres causes. En cas de faible réponse et d’âge maternel avancé, l’accumulation des ovocytes reste la meilleure solution. Et cela, en l’associant à un test PGT-A qui permet d’écarter les embryons présentant des anomalies chromosomiques.

 

« IVI Regenera Ovario »

Par ailleurs, IVI propose à ses patientes un traitement de régénération des ovaires,  « IVI Regenera Ovario », qui consiste à appliquer aux ovaires un plasma riche en facteurs de croissance (PRGF). Il s’agit là d’une solution qui suscite beaucoup d’espoir pour les patientes présentant, entre autres pathologies, une faible réserve ovarienne.

Tout au long de leurs 30 années d’existence, IVI et ses spécialistes n’ont eu de cesse d’investir dans la recherche et d’innover. Le fait est que beaucoup de nos patientes qui viennent nous consulter dans nos cliniques ont, pour différents motifs, des antécédents compliqués. En tant que spécialistes de la procréation médicalement assistée hautement complexe, nous sommes là pour aider ces femmes. Pour leur apporter des solutions.

 

Demandez plus d'informations sans engagement

4 commentaires

  • Belkhiria says:

    Bonjour,
    j’ai 41 ans, maman de 4 filles de 5 à 18 ans, et mon souhait serais d’avoir une dernière grossesse , un petit Garçon, ma dernière chance, je souhaiterais savoir si vous pratiquiez le choix du sexe du bébé et de vérifier la santé du spermatozoïde pour la FIV.
    et savoir les formalité à suivre .
    J’attends une réponse car le temps passe vite.
    Cordialement

    • IVI says:

      Bonjour madame, à IVI nous réalisons de nombreux examens pour garantir que le sperme est dans un état optimal. Mais le choix du sexe du bébé est interdit par loi en Espagne et d’autres pays, nous n’offrons pas cette possibilité.

  • Maziere says:

    Bonjour,
    Nous envisageons une pma avec don d’ovocytes.
    Au vu de ma pathologie (je suis épileptique mais stabilisée maintenant), je n’ai pas pu avant. J’ai 47 ans, ma réserve ovarienne est très faible. Et mon traitement pour ma maladie n’arrange pas. Ma neurologue ne peut pas modifier mon traitement car c’est le seul qui me stabilisé. Enfin, avez-vous des patientes dans mon cas et comment cela s’est passé ? Merci de votre réponse

    • IVI says:

      Bonjour madame, nous ne pouvons pas répondre ici car nous n’avons pas l’accés aux données de nos patientes et il ne serait pas convenable de les diffuser. On vous conseille de consulter votre cas auprès d’un de nos spécialistes, vous pouvez prendre un premier rendez-vous pour une consultation online, sans vous déplacer: https://ivi.page.link/fb-contact-fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut de la pagearrow_drop_up