20 janvier 2019

L’hormone antimüllérienne : qu’est-ce que l’AMH ?

antimüllérienne

L’hormone antimüllérienne (AMH), protéine sécrétée par les cellules de la granulosa, couche cellulaire qui entoure l’ovocyte, constitue un marqueur quantitatif de la réserve ovarienne. Le dosage de l’hormone antimüllérienne tient une place de première importance dans le cadre du bilan de fertilité. Elle permet, par ailleurs, de vérifier la réponse à la stimulation ovarienne lors d’une fécondation in vitro (FIV) ou d’une insémination artificielle (IA) et de détecter les risques de syndrome d’hyperstimulation ovarienne (SHO). Elle peut aussi être utilisée pour prédire l’âge de la ménopause et aider au diagnostic du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK). Comment procède-t-on au dosage de l’hormone antimüllérienne ? Qu’est-ce que le taux d’AMH peut nous apprendre ? Quelles sont les réponses de la PMA (procréation médicalement assistée) en fonction des résultats ? On vous dit tout ce que vous devez savoir sur l’hormone antimüllérienne (AMH).

 

Qu’est-ce que l’hormone antimüllérienne?

 

L’hormone antimüllérienne (AMH) est une hormone protéique sécrétée aussi bien par les sujets masculins que par les sujets féminins. Elle est produite par les cellules de Sertoli chez les hommes et par les cellules de la granulosa des follicules ovariens chez les femmes. La libération de l’hormone antimüllérienne débute dans l’organisme féminin quelques jours avant la naissance, connaît un pic maximal à la puberté, puis décroît avec l’âge jusqu’à la ménopause. Cette hormone joue un rôle central dans la fertilité de la femme, car elle est une des clés de la croissance folliculaire.

Dans le cadre du bilan de fertilité, l’hormone antimüllérienne constitue un des marqueurs biologiques les plus importants pour évaluer la réserve ovarienne. Grâce à elle, il est possible d’apprécier la capacité d’ovulation et de vérifier la réponse folliculaire à une stimulation ovarienne réalisée avant une insémination artificielle (IA) ou une fécondation in vitro (FIV). Par extension, l’hormone antimüllérienne permet de détecter les risques de syndrome d’hyperstimulation ovarienne (SHO).

 

Pourquoi effectuer un dosage de l’hormone antimüllérienne ?

 

Marqueur quantitatif fiable de la réserve ovarienne, l’hormone antimüllérienne est dosée pour renseigner sur un éventuel problème de fertilité. Plus précisément, le dosage de l’AMH permet de donner des informations sur le stock ovocytaire disponible et d’anticiper son épuisement, en comparant les résultats avec des valeurs de référence. Ce dosage intervient systématiquement dans le cadre du bilan de fertilité, parallèlement au dosage de l’hormone folliculo-stimulante (FSH), de l’estradiol et de l’inhibine B, ainsi qu’au décompte des follicules antraux par échographie. L’AMH est dosée par simple prise de sang, à n’importe quel stade du cycle menstruel.

Dans certains cas, l’analyse de l’hormone antimüllérienne peut accompagner un spermogramme. En effet, le taux d’AMH dans le liquide séminal se révèle plus faible chez les hommes souffrant d’azoospermie. L’évaluation du taux de l’hormone antimüllérienne permet de donner des renseignements prédictifs sur le succès d’une ponction testiculaire. Ici encore, une prise de sang suffit pour le dosage de l’AMH.

 

Comment sont interprétés les résultats de l’analyse de l’AMH ?

 

Les résultats du dosage de l’hormone antimüllérienne sont interprétés au regard d’un ensemble de données, telles que l’âge de la patiente, le décompte des follicules antraux (par échographie endovaginale) ainsi que l’issue des dosages hormonaux (FSH, estradiol et inhibine B). Il est à noter que le taux d’AMH et le décompte des follicules antraux sont souvent corrélés. En clair, quand l’analyse de l’AMH révèle un taux bas, le nombre de follicules comptés à l’échographie est faible.

Certains facteurs sont liés à la diminution de l’hormone antimüllérienne. Il s’agit de l’obésité, du tabac et de la consommation d’alcool, notamment.

 

Quelles sont les réponses de la PMA en fonction des résultats ?

 

La présence de l’hormone antimüllérienne à un taux bas, associée à un faible nombre de follicules constatés à l’échographie, peut être le signe d’une altération de la réserve ovarienne. Selon l’âge de la patiente, il est possible de mettre en œuvre un traitement par stimulation ovarienne en vue d’une fécondation in vitro (FIV). Cette méthode de procréation médicalement assistée vise à obtenir des embryons en provoquant la rencontre en laboratoire entre les ovocytes et les spermatozoïdes. Après incubation in vitro, un embryon est sélectionné pour être transféré dans l’utérus de la patiente.

En cas de réserve ovarienne très faible ou d’insuffisance ovarienne prématurée (IOP), un don d’ovocytes peut être envisagé. Cette technique de PMA permet d’obtenir une grossesse grâce aux ovocytes d’une donneuse. Ce traitement peut être réalisé avec le sperme du conjoint ou le sperme d’un donneur.

Un taux élevé de l’hormone antimüllérienne et un nombre élevé de follicules constatés à l’échographie peuvent être révélateurs d’un syndrome des ovaires polykystiques (SOPK). Ce trouble de la fertilité se traduit par la formation de petits follicules en nombre trop conséquent au niveau des ovaires. Parmi ce nombre élevé, peu de follicules arrivent à maturation. Dans ce cas, le spécialiste peut proposer une stimulation ovarienne, sous étroite surveillance afin d’éviter une réponse disproportionnée des ovaires (syndrome d’hyperstimulation ovarienne ou SHO). Au cours de ce protocole, la patiente reçoit des injections d’hormones quotidiennement, durant un mois environ. Le suivi rigoureux implique des contrôles comme des échographies et des prises de sang régulières. Le traitement aboutit à la ponction des ovocytes sous anesthésie.

En cas d’azoospermie (absence de spermatozoïdes dans l’éjaculat) révélée par un taux faible de l’hormone antimüllérienne dans le liquide séminal, le spécialiste peut orienter le patient vers une ponction testiculaire (un prélèvement chirurgical de spermatozoïdes) en vue d’une fécondation in vitro avec ICSI (injection intracytoplasmique). Ce traitement de procréation médicalement assistée permet la mise en contact directe de l’ovocyte et du spermatozoïde par le biais d’une injection. Cette technique a l’avantage d’être réalisable avec un nombre réduit de gamètes masculins. Pour être sélectionné, le spermatozoïde doit présenter les meilleures qualités en termes de mobilité et de morphologie. Après fécondation et culture in vitro, les embryons sont transplantés dans l’utérus de la patiente ou cryopréservés en vue d’une utilisation ultérieure.

Vous souhaitez obtenir un complément d’information sur les méthodes de PMA que propose l’Institut Valencien de l’Infertilité ? N’hésitez pas à nous poser vos questions. Un spécialiste se chargera de vous contacter dans les plus brefs délais et sans engagement de votre part. Vous pouvez également solliciter un rendez-vous dans n’importe laquelle des cliniques IVI en Espagne en remplissant notre formulaire dédié ou en appelant notre équipe au 08 00 941 042 (gratuit depuis la France) ou au +34 960 451 185. Pour simplifier leurs démarches, IVI a mis en place un programme personnalisé dans la langue d’origine de ses patients internationaux par le biais d’un tuteur, présent tout au long du traitement.

Demandez plus d'informations sans engagement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut de la pagearrow_drop_up