23 octobre 2019

Quelles sont les étapes de la FIV ?

Connaitre les étapes de la FIV (fécondation in vitro) pour s’engager dans un parcours de PMA (procréation médicalement assistée) en toute transparence : tel est le but de ce pas-à pas clair et détaillé. De la première consultation au jour J du transfert d’embryon, nous vous expliquons la chronologie du protocole qui rythmera votre parcours. En quoi consiste la stimulation ovarienne ? Comment les ovocytes sont-ils fécondés ? Comment se déroule l’implantation embryonnaire ? Pour vous aider à aborder sereinement votre traitement, décryptons ensemble les étapes de la fécondation in vitro (FIV).

FIV : l’étape préliminaire, la rencontre avec un spécialiste de PMA

La première consultation à l’Institut valencien de l’infertilité (IVI) sera l’occasion pour vous de faire le point sur vos antécédents en matière de santé et de reproduction. Cette étape préliminaire à la FIV permettra au spécialiste de passer en revue votre historique médical y compris les traitements de PMA déjà effectués ou en cours. De cette première consultation découlera probablement la prescription d’examens complémentaires, spécifiquement ciblés, selon qu’ils sont dédiés :

À l’issue de ces examens, votre spécialiste sera en mesure de déterminer la meilleure approche pour votre traitement.

La deuxième étape de la FIV : la stimulation ovarienne

Une fois la première consultation passée, la deuxième étape de la FIV peut commencer. Place à la stimulation ovarienne. Il s’agit ici de stimuler les ovaires tout en contrôlant le cycle afin de déclencher l’ovulation au moment voulu, de façon artificielle. Le résultat escompté : la production de plusieurs ovocytes (contre un unique ovocyte lors d’un cycle naturel) de manière à disposer à terme d’un plus grand nombre d’embryons.

Le traitement comprend une série d’injections quotidiennes, étalée sur une durée de 10 à 20 jours (en fonction du protocole choisi et selon la réponse des ovaires à la stimulation).

Tout au long de cette étape de la FIV, plusieurs examens échographiques et bilans sanguins permettent de suivre en continu l’évolution de la patiente.

Pour surveiller la croissance des follicules, trois à quatre échographies vaginales sont à prévoir. Ce dispositif est complété par une mesure régulière du taux d’œstradiol dans le sang.

La troisième étape de la FIV : la ponction ovocytaire

Lorsque les follicules sont en nombre suffisant et ont atteint une taille adéquate, la ponction des ovocytes peut être programmée. Elle se produira 36 heures environ après la dernière injection, celle de l’hormone hCG ou l’agoniste du GnRH, qui sert à déclencher l’ovulation et à stimuler la maturation ovocytaire. Cette intervention est réalisée au bloc opératoire. Par précaution, la patiente est placée sous anesthésie générale ou locale. Le geste ne dure que quinze minutes.

La quatrième étape de la FIV : la fécondation en laboratoire et la culture embryonnaire

Après le recueil des follicules vient la quatrième étape de la FIV : l’insémination des ovocytes en laboratoire.

À ce stade, il faut signaler que les follicules peuvent provenir :

  • de la patiente, après ponction récente ou après cryoconservation dans le cadre d’un traitement de préservation de la fertilité ;
  • d’une donneuse anonyme lors d’une FIV avec don d’ovocyte.

Pour féconder les ovocytes, nos embryologistes utilisent un échantillon de sperme provenant du partenaire masculin ou d’un donneur anonyme, dans le cas d’une FIV avec don de sperme. Selon votre situation particulière, votre praticien vous guidera vers :

  • une FIV classique, consistant à entourer un ovocyte de spermatozoïdes ;
  • une ICSI (acronyme anglais pour micro-injection intracytoplasmatique des spermatozoïdes) visant à injecter un spermatozoïde vivant dans l’ovocyte. Cette technique trouve son indication majeure pour contourner les problèmes d’infertilité masculine et notamment en cas d’oligospermie, d’asthénospermie ou de tératospermie.
  • une FIV Genetic (FIV + PGT-A), consistant à la réalisation de l’ICSI associée à un test génétique préimplantatoire pour l’analyse d’aneuploïdies, c’est-à-dire de problèmes chromosomiques sur l’embryon comme une trisomie ou une monosomie. La technique de diagnostic génétique préimplantatoire peut aussi s’utiliser pour le dépistage de maladie génétique grave en cas de suspicion de maladie génétique héréditaire ;

Les ovocytes fécondés sont conservés dans un milieu spécial et cultivés dans un incubateur time-lapse de dernière génération appelé « EmbryoScope ». Observés en continu, les embryons obtenus après fécondation sont classés selon leur morphologie ainsi que leur capacité à se diviser.

La cinquième étape de la FIV : le transfert d’embryon

48 heures après la fécondation, les embryons de bonne qualité comptent en moyenne quatre cellules. Leur nombre de cellules passe à sept voire neuf après 72 heures. Lorsqu’ils arrivent au stade de blastocyste, les embryons peuvent être transplantés. On atteint ici la cinquième étape de la FIV : le transfert embryonnaire.

Le geste médical consiste à transférer les embryons les plus résistants dans l’utérus de la patiente à l’aide d’une fine canule. Indolore et rapide, cette intervention réalisée au bloc opératoire pour des raisons de proximité du laboratoire ne nécessite pas d’anesthésie.

La cryoconservation des embryons surnuméraires

Le transfert embryonnaire est terminé. Dans de nombreux cas de figure, les embryons de bonne qualité ne sont pas tous transférés. Afin de les utiliser lors d’un cycle ultérieur (si la situation l’exige), ils seront préservés par cryoconservation. En évitant la formation de cristaux de glace, cette méthode de préservation permet à 97 % des embryons de survivre. Ainsi est-il possible d’envisager un cycle dans le futur, sans passer à nouveau par l’étape de la stimulation ovarienne.

Vous souhaitez en savoir plus sur le programme IVI Baby mis en place dans les centres IVI ? Vous voulez obtenir de plus amples informations sur les documents à fournir lors de la première consultation avec votre spécialiste de PMA ? Que vous formiez un couple hétérosexuel ou lesbien ou que vous poursuiviez un projet parental en tant que femme célibataire, n’hésitez pas à nous contacter au 08 00 941 042 (numéro gratuit depuis la France) ou au +34 960 451 185. Pour entrer en contact avec nos collaborateurs, vous pouvez également remplir notre formulaire en ligne. Pour vous recevoir de la meilleure manière possible et dans les meilleures conditions, nos équipes vous accueillent en français dans nos cliniques d’Alicante, Barcelone, Bilbao, Ibiza, Madrid, Málaga, Majorque, San Sébastian, Séville et Valence.

Demandez plus d'informations sans engagement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut de la pagearrow_drop_up