15 octobre 2019

Grossesse et pilule : la contraception nuit-elle à la fertilité ?

pilule contraceptive

Commercialisée à l’aube des années 60, la pilule ne cesse d’alimenter les doutes, voire les fantasmes, sur de nombreux sujets. Le premier, concernant l’impact supposément négatif de la contraception sur la fertilité agite encore les esprits. Dans les faits, comment la pilule agit-elle sur l’organisme féminin ? Ses effets sont réversibles, mais en combien de temps une femme peut-elle espérer obtenir une grossesse après l’arrêt de la pilule ?

Pour aller plus loin, est-il exact que la pilule contraceptive peut, dans certains cas, jouer un rôle protecteur sur la santé et même sur la fertilité des femmes ? Grossesse et pilule : faut-il avoir peur de la contraception ? On fait le point sur les oestroprogestatifs et les microprogestatifs, deux des contraceptifs les plus fiables et les plus utilisés depuis bientôt 60 ans.

 

La pilule contraceptive, qu’est-ce que c’est ?

La pilule contraceptive aide les femmes à gérer leur fécondité en évitant les grossesses non souhaitées. Loin de nuire à la fertilité, elle a permis de réduire la mortalité maternelle et fœtale en favorisant la régulation des pauses entre les grossesses.

La pilule est composée d’hormones de synthèse. On la trouve sous forme de pilule oestroprogestative (œstrogènes et progestatifs) ou pilule progestative (progestatifs uniquement).
Les contraceptifs oestroprogestatifs et progestatifs ont, selon les cas, une action sur :

  • l’ovulation en bloquant le développement des ovocytes ;
  • la muqueuse utérine qui s’affine et rend impossible la nidation ;
  •  la glaire cervicale qui s’épaissit et bloque les spermatozoïdes lors du franchissement du col de l’utérus.

L’enjeu est ici la régularité de la prise du contraceptif (dans l’idéal, la prise doit intervenir à la même heure tous les jours) pour éviter ce qu’on appelle communément une « grossesse sous pilule ».

Le cas particulier de la pilule du lendemain

En cas de rapport sexuel non ou mal protégé, la pilule d’urgence appelée également « pilule du lendemain » agit en bloquant ou retardant l’ovulation, voire en modifiant l’endomètre, pour empêcher l’implantation de l’œuf dans l’utérus. Il n’y a donc pas ici d’interruption de grossesse. En effet, si le mécanisme de la grossesse est déjà enclenché, la pilule du lendemain ne sera d’aucune efficacité, la grossesse poursuivra son cours.

 

Les points forts de la pilule et les inconvénients

Au-delà de sa fonction contraceptive, la pilule permet :

  • Une régularisation du cycle menstruel ;
  • Une atténuation des effets indésirables du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) ;
  • Un soulagement des symptômes dermatologiques et endocriniens ;
  • Une réduction des risques globaux de cancer de l’ovaire et de l’utérus.

Les oestroprogestatifs auraient même un effet bénéfique sur :

À l’inverse, la pilule peut présenter certains inconvénients à mettre dans la balance bénéfices-risques. Il s’agit notamment des effets secondaires potentiels liés à :

  • L’augmentation de l’appétit ;
  • L’apparition de mastodynies (douleurs mammaires) ;
  • La présence de spottings (saignements vaginaux en dehors des règles) ;
  • La prise de poids ;
  • La diminution de la libido.

 

Combien de temps pour une grossesse après l’arrêt de la pilule ?

Vous pensez que grossesse et pilule ne font pas bon ménage. Pour autant, la possibilité de tomber enceinte demeure plus que jamais possible dès lors que le traitement contraceptif est interrompu. Pour certaines, ce ne sera l’histoire que de quelques semaines. Pour les autres, il faudra s’armer de patience et attendre plusieurs mois. C’est ce que démontre l’étude réalisée par les spécialistes du département de médecine de la reproduction et d’endocrinologie gynécologique de Düsseldorf.

Sur 175 femmes observées pendant 3 048 cycles immédiatement après interruption de la pilule contraceptive, 57,9 % ont eu leurs premiers cycles avec phases ovulatoire et lutéale. Cependant, durant les sept premiers cycles, il est apparu que le cycle était plus long (35 jours et plus) et la phase lutéale plus courte (moins de 10 jours) que la moyenne. Ce qui se traduit dans les faits par :

  • Un nombre de cycles restreint limitant d’autant les chances de fécondation ;
  • Une phase lutéale défaillante ou de courte durée empêchant la nidation.

Il aura fallu attendre jusqu’au neuvième cycle pour retrouver des durées du cycle normales avec phase lutéale suffisante. Il ressort donc de ces travaux que les effets de la contraception sont réversibles. Le temps de régénération peut quant à lui prendre jusqu’à 9 mois, voire plus.

D’après les chiffres de l’Ined (institut national d’études démographiques) : au bout d’un an, 97 % des couples obtiennent une grossesse. Ces résultats cachent des situations variées. En effet sur ce total, seuls 25 % d’entre eux voient aboutir leur démarche dès le premier mois suivant l’interruption de la pilule. Au fil du temps, les chances de tomber enceinte s’amenuisent passant de 25 % par cycle la première année à 12 % puis 7 % au-delà de la deuxième année.

Si, malgré une interruption prolongée de la pilule, aucune grossesse n’est d’actualité : il est alors temps de faire un point avec un spécialiste de la PMA (procréation médicalement assistée). Avec lui, vous pourrez envisager plusieurs moyens de concrétiser votre désir d’enfant. En commençant par un bilan de fertilité qui vous éclairera sur les pistes à suivre.

Vous souhaitez en savoir plus sur les protocoles mis en place dans les centres IVI en cas de suspicion d’infertilité ou de désir de maternité tardive ? N’hésitez pas à nous contacter au 08 00 941 042 (numéro gratuit depuis la France) ou au +34 960 451 185. Pour entrer en contact avec nos collaborateurs, vous pouvez également remplir notre formulaire en ligne. Soucieuses de vous recevoir dans les meilleures conditions, nos équipes échangent avec vous en français dans nos cliniques d’Alicante, Barcelone, Bilbao, Ibiza, Madrid, Málaga, Majorque, San Sébastian, Séville et Valence.

Demandez plus d'informations sans engagement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut de la pagearrow_drop_up