16 octobre 2020

37 bébés nés après un cancer, 37 raisons pour l’espérance

Deux techniques pour être mère après un cancer
Par le Comité de rédaction Blog IVI

 

Quand soudain se déclare une maladie comme le cancer et la vie s’arrête pour y faire face, il est parfois bon d’entrevoir le futur pour pouvoir continuer d’avancer dans le présent. Un total de 1.372 patientes du monde entier ont déjà vitrifié leurs ovocytes à IVI avant de commencer le traitement contre la maladie.

Octobre est le mois consacré à visibiliser la lutte contre le cancer et soutenir toutes ces femmes diagnostiquées avec un cancer du sein. Chez IVI nous voulons cette année apporter une pointe d’espoir pour le futur. Être mère après un cancer est possible. Concrètement, depuis que IVI a commencé avec la préserve d’ovocytes des femmes avec diagnostic de cancer, nous avons fait en sorte que naissent 37 bébés, 37 raisons de garder espoir.

Deux techniques pour être mère après un cancer

37 bébés sont nés dans le monde grâce à une préservation oncologique à IVI depuis 2007. Dans les cas des femmes, il existe 2 techniques qui peuvent être utilisées.

  • D’une part, la vitrification d’ovocytes qui consiste en la Cryo préservation (immersion directe dans du nitrogène liquide a une température de -196° des ovocytes matures obtenus après la stimulation ovocytaire, dans le but de les utiliser une fois en rémission de la maladie et de conserver la même qualité qu’avant le traitement.
  • D’autre part, il est également possible de congeler le cortex ovarien pour le transplanter après le cancer, ce qui peut permettre en outre d’espérer une grossesse spontanée puisque la patiente récupère sa fonction ovocytaire. Cette technique est applicable dans les cas où les patientes nécessitent de démarrer la chimiothérapie le plus tôt possible – sans avoir le temps de faire la stimulation ovarienne – ou chez les femmes pour lesquelles la stimulation ovarienne n’est pas recommandée ou encore chez les jeunes filles pré-pubères.

Dans certains cas il est également nécessaire une double préservation, si l’homme souffre également d’un cancer, comme ce fut le cas d’un couple qui se vit obligé à faire une double préservation de sperme et d’ovocytes à IVI Alicante. Après avoir terminé tous les deux leurs traitements respectifs, ils furent parents d’un bébé qui leur a rendu la joie de vivre « ce fut sans aucun doute la meilleure récompense que nous ayons pu avoir, après la double taille qu’il nous a été donné d’affronter » ont-ils dit.

Nous avons voulu raconter et que ce soit quelques-unes de ces femmes qui racontent leur histoire à la première personne. Des histoires dignes d’être lues et écoutées les unes après les autres pour l’exemple de courage, de lutte et d’amour qu’elles représentent.

 

« Cela aide beaucoup de faire des plans de futur, comme celui d’être parents » 

“Cela en vaut la peine de regarder l’avenir et faire des projets de futur comme celui d’être parents parce que cela aide à affronter la maladie et fait que le combat soit encore plus important » raconte Itziar, une patiente qui est venue à IVI Bilbao pour préserver sa fertilité face au cancer du sein qu’on venait de lui diagnostiquer.

C’est pourquoi il faut à de nombreuses reprises s’imaginer une fin heureuse contre la maladie mais aussi dans le processus de recherche d’un enfant, penser positif et imaginer l’attente comme une question de temps. Silvia, patiente de l’IVI de Barcelone, a combattu le cancer du sein au bout de 6 années et elle a toujours eu à l’esprit que l’une des raisons de continuer de se battre était pour être mère un jour. Le final heureux de son histoire est arrivé après 2 FIV et s’appelle Valentina.

Pour Mª Paz, le cancer du sein fut diagnostiqué alors qu’elle et son mari pensaient à devenir parents, ce qui fit que le coup dur fut encore plus difficile à supporter. Mais finalement, après avoir congelé des ovocytes et affronté la chimiothérapie, elle réussit au sein de la clinique IVI Madrid à tomber enceinte. « Quand nous avons entendu le battement de cœur du bébé, nous avons pleuré. Raul est l’enfant que nous attendions depuis des années. Aujourd’hui je ne me rappelle plus les moments sans lui, pour moi il fait déjà partie de la famille depuis toujours » explique-t-elle avec émotion.

Comme elles, les histoires de rêves devenus réalité après avoir affronté le cancer sont nombreuses. C’est pourquoi nous parlons de 37 raisons pour l’espérance, autant de raisons comme d’enfants qui sont venus au monde pour rendre la joie à ces familles et nous voulons envoyer un message d’optimisme à toutes ces femmes qui veulent être mères et qu’en ces moments durs ont mis entre parenthèses leur rêve à cause de la maladie.

Le futur est beaucoup plus proche de ce qu’il ne parait.

Demandez plus d'informations sans engagement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut de la pagearrow_drop_up