16 avril 2019

Le forfait diagnostique

Le forfait diagnostique

Avant d’entamer un protocole de PMA (procréation médicalement assistée), il est nécessaire pour les patients de déterminer avec exactitude la cause de l’infertilité qui les empêche de concrétiser leur projet : devenir parents. Pour identifier avec précision quelle technique de reproduction est la mieux adaptée à chaque cas particulier, IVI a mis au point un nouveau forfait diagnostique. Ce bilan de fertilité préliminaire détaillé comprend un premier rendez-vous médical, une exploration gynécologique (avec échographie 3D si besoin), un test de transfert et une consultation de résultats (par Skype). Pour faciliter les échanges, les patients sont accompagnés à tout moment par un interlocuteur parlant leur langue.

 

Pourquoi un nouveau forfait diagnostique ?

On le sait, chaque cas est unique. En effet, les causes d’infertilité peuvent provenir d’un grand nombre de facteurs : désordres physiologiques, fertilité défaillante en lien avec l’horloge biologique… Connaître l’origine de ces dysfonctionnements permet d’adapter les traitements afin d’obtenir les meilleurs résultats. C’est dans cette optique que l’Institut Valencien de l’Infertilité a élaboré un nouveau forfait diagnostique englobant tous les examens indispensables à l’étude de chaque situation d’infertilité. In fine, le but est de dessiner un panorama complet de la fertilité des patientes dès le premier rendez-vous afin de recenser les options qui optimiseront leurs chances de tomber enceintes.

 

Que comporte le forfait diagnostique IVI ?

Pour être exhaustif, le forfait diagnostique IVI inclut un premier rendez-vous médical avec un spécialiste qui prescrira, selon le cas, une exploration gynécologique (complétée par une échographie 3D si nécessaire) et un test de transfert. Une consultation de résultats (par Skype) permet, quant à elle, de faire le point avec le médecin avant d’engager un traitement de PMA.

 

Comment se déroule la première consultation chez IVI ?

Dans un premier temps, le spécialiste porte son attention sur les antécédents de la patiente en matière de reproduction. Il est conseillé de se munir de ses analyses ou dossiers existants. À l’aide de ces documents, le médecin s’informe sur les traitements déjà terminés ou en cours au moment de la consultation. À l’issue du premier rendez-vous médical, plusieurs examens permettant une exploration gynécologique détaillée peuvent être prescrits. Il s’agit la plupart du temps d’un bilan hormonal et d’une échographie pelvienne (pour procéder au compte des follicules antraux).

 

Quels examens accompagnent l’exploration gynécologique ?

 

Le bilan hormonal

Afin d’évaluer la fertilité de sa patiente, le médecin préconise un bilan hormonal. Sont examinés les taux de FSH (hormone folliculo-stimulante), de LH (hormone lutéinisante), d’œstradiol, d’AMH (hormone anti-müllerienne), de TSH (thyréostimuline) et de PRL (prolactine). Objectif de ces analyses tirées d’une prise de sang effectuée le 3e ou 4e jour du cycle : la détermination de la réserve ovarienne et la recherche d’une potentielle cause hormonale de dérèglement ovulatoire.

 

L’échographie pelvienne

Une échographie pelvienne (permettant de compter les follicules antraux) vient confirmer les premiers résultats. Selon les besoins, une hystérosalpingographie (radiographie des cavités utérines et tubaires après injection d’un produit de contraste) est engagée pour juger la perméabilité des trompes.

Certains cas nécessitent une exploration approfondie, c’est pourquoi le médecin pourra être amené à demander la réalisation d’une échographie 3D.

 

L’échographie 3D

Avec l’échographie 3D, les médecins évaluent l’utérus de façon poussée. Grâce aux plans frontaux qu’offre cette technique d’imagerie de nouvelle génération, il est possible d’obtenir des informations détaillées sur le volume et la morphologie de la cavité utérine dans ses parties antérieure et postérieure. Cette technologie peu invasive et très précise équipe tous les centres de reproduction de l’Institut Valencien de l’Infertilité.

 

Le test de transfert

Également appelé hystérométrie, le test de transfert permet d’apprécier la profondeur de la cavité utérine et la perméabilité de l’orifice interne du col utérin. Les médecins s’assurent ainsi de l’absence de difficultés pour passer le col de l’utérus lors d’une insémination ou d’un transfert d’embryons. Cet examen rapide et indolore est réalisé en seconde partie de cycle (entre le 9e et le 21e jour).

 

La consultation de résultats

Dès que toutes les zones d’ombre sont dissipées et que le spécialiste a les informations nécessaires en main, un entretien via Skype peut être organisé. Lors de cette mise au point, plusieurs pistes sont envisagées. Si la patiente désire recourir à un traitement de PMA, elle sera, au cas par cas, dirigée vers une insémination artificielle, une fécondation in vitro (FIV) ou encore une FIV Genetic (FIV + PGT-A) avec don de sperme et/ou don d’ovocytes. Cette consultation clôturant la phase préliminaire est aussi, pour certaines, le moment d’aborder les questions techniques liées à la préservation de la fertilité ou à la méthode ROPA. À son issue, le service chargé de l’accueil des patients pourra établir un devis prenant en compte les protocoles de PMA requis.

 

Quels traitements de PMA sont proposés chez IVI ?

 

L’insémination artificielle (IA) 

L’insémination artificielle (IA) est proposée en première intention en cas de problème de stérilité causé par un dysfonctionnement ovulatoire, une altération au niveau du col de l’utérus ou lorsqu’un facteur masculin est détecté. Par ailleurs, ce traitement peut répondre au désir d’enfant des patientes sans partenaire masculin (célibataires ou lesbiennes). L’insémination artificielle peut être réalisée avec le sperme du conjoint ou grâce à un don de gamètes anonyme.

 

La fécondation in vitro (FIV)

La fécondation in vitro (FIV) est généralement mise en œuvre si les tentatives d’insémination artificielle sont restées sans succès ou en cas de facteur masculin. Indiquée pour faire face aux problèmes d’infertilité relatifs à l’insuffisance ovarienne, au syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) ou à l’endométriose, la FIV peut aussi être recommandée lorsque le conjoint est porteur d’une maladie génétique. Tout comme l’insémination artificielle, la fécondation in vitro peut être pratiquée avec le sperme du conjoint ou grâce au don de sperme.

 

L’injection intracytoplasmique (ICSI)

L’injection intracytoplasmique (ICSI) est une forme de fécondation in vitro (FIV) consistant à mettre en contact direct un ovocyte et un spermatozoïde au lieu de laisser la nature faire son œuvre. Le point fort de cette technique : un très faible nombre de gamètes masculins « normaux » suffit à mener à bien la fécondation.

 

La FIV Genetic (FIV + PGT-A)

Ici, la FIV est couplée à la technique du PGT-A (test génétique préimplantatoire pour l’analyse d’aneuploïdies). Ce procédé, impliquant une biopsie au stade de blastocyste (5e ou 6e jour d’évolution), permet de sélectionner les embryons sains en vue d’un transfert. Les atouts de la FIV Genetic (FIV + PGT-A) :

  • une augmentation de la probabilité de grossesse jusqu’à 70 % ;
  • une réduction des temps d’attente avec un accroissement du taux de réussite dès le premier cycle de fécondation ;
  • une diminution du risque de fausse couche grâce à l’identification rigoureuse des meilleurs embryons ;
  • une sécurité renforcée pour l’enfant à naître.

 

Le don d’ovocytes

Le don d’ovocytes est un traitement permettant d’obtenir une grossesse grâce aux ovocytes d’une donneuse. Les raisons qui peuvent amener à recourir à cette méthode sont, entre autres : l’âge tardif de la patiente, une faible réserve ovarienne ou une mauvaise qualité des ovaires, la présence d’anomalies chromosomiques ou de maladies génétiques pas détectables.

IVI gère la plus grande banque d’ovocytes du monde, ce qui implique :

  • une absence de liste d’attente ;
  • un taux de grossesses accumulé de 97 % ;
  • un don entièrement anonyme.

 

La méthode ROPA

La méthode ROPA (réception des ovocytes de la partenaire) s’adresse aux couples de lesbiennes. Cette technique de fécondation in vitro (FIV), dénommée FIV réciproque, permet à chacune des membres du couple de prendre part au processus de conception de l’enfant : ce sont les ovocytes de l’une des partenaires et l’utérus de l’autre qui sont utilisés. Grâce à cette double maternité, l’une des deux patientes est la mère génétique, alors que la deuxième porte et met au monde le bébé.

 

La préservation de la fertilité

En optant pour un protocole de préservation de la fertilité, les patientes prennent la précaution de congeler leurs propres ovocytes dans la perspective de s’en servir à une date ultérieure dans le cadre d’une fécondation in vitro. Conseillée aux femmes qui ne souhaitent pas tomber enceintes dans un avenir proche, cette technique trouve également son indication pour multiplier les chances de conception après un traitement par chimiothérapie ou par radiothérapie.

 

Un traitement de PMA dans sa langue d’origine

Dans un souci de clarté et de confort, IVI dispense un accompagnement personnalisé dans la langue d’origine de ses patients. Dès le premier rendez-vous prévu dans le forfait diagnostique, un interlocuteur attitré est désigné. Ce tuteur bilingue peut être docteur ou assistant. Assurant le lien entre les patients et les équipes médicales, il est le garant de la bonne compréhension et de la confiance, des éléments essentiels pour la réussite du projet.

 

Comment bénéficier du forfait diagnostique IVI?

Vous voulez en apprendre plus sur le nouveau forfait diagnostique IVI ? Vous désirez rencontrer un de nos praticiens pour faire le point sur votre fertilité ? Sollicitez dès aujourd’hui un rendez-vous dans la clinique IVI de votre choix en remplissant le formulaire dédié ou en téléphonant au 08 00 941 042 (appel gratuit depuis la France) ou au +34 960 451 185. N’hésitez pas à demander audience auprès d’un spécialiste en particulier si vous le souhaitez. Pour préparer au mieux votre première consultation, notre équipe responsable de l’accueil des patients se chargera de collecter quelques informations, telles que le motif de la visite, les traitements et les examens préalables ou en cours (le cas échéant). La date et l’heure de votre rendez-vous vous seront communiquées dans les plus brefs délais.

Demandez plus d'informations sans engagement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut de la pagearrow_drop_up