20 octobre 2017

Octobre Rose : le cancer du sein, son impact sur la fertilité et les techniques pour la préserver

IVI

Le mois d’octobre est le moment où les initiatives pour parler du cancer du sein et son dépistage se multiplient. Et pour cause : c’est le cancer qui touche le plus les femmes en France et dans le monde.

Quelques chiffres sur le cancer du sein

  • 54 000 personnes sont diagnostiquées du cancer du sein chaque année en France
  • 650 000 femmes sont atteintes d’un cancer du sein en France
  • l’âge moyen au diagnostique est de 61 ans
  • 1er cancer le plus fréquent chez la femme et le 2e cancer après celui de la prostate
  • 1,7 million de nouveaux cas de cancers du sein sont détectés chaque année dans le monde
  • 12 000 personnes en meurent en France par an, 522 000 dans le monde

Le cancer et la fertilité

L’augmentation de l’espérance de vie après cancer nous amène à attacher de plus en plus d’importance aux effets secondaires des traitements de chimio et radiothérapie et, de fait, la fonction ovarienne et la préservation de la fertilité sont deux des aspects qui inquiètent le plus les patientes atteintes de cancer.

Certains traitements du cancer peuvent entraîner l’infertilité qui sera temporaire chez certaines personnes et permanente chez d’autres. Parmi eux : la chimiothérapie peut induire une aménhorrée (absence de règles) transitoire ou définitive ou pire une ménopause précoce irréversible. L’hormonothérapie proposée pour les femmes non ménopausées est le tamoxifène qui n’est pas reconnu responsable d’infertilité. Il est habituellement prescrit pour 5 ans sous contraceptif et recule donc d’autant l’éventualité d’une grossesse, ce qui pose évidemment problème pour les femmes proches de la quarantaine. Après traitements on compte entre 5 et 28% de grossesses spontanées, c’est à dire comme le risque est important et le problème majeur.

 Les techniques pour préserver sa fertilité

Les techniques proposées par IVI pour préserver la fertilité sont les suivantes :

  • Vitrification des ovocytes : la vitrification des ovocytes fait en sorte que les ovocytes arrivés à maturité et obtenus après stimulation ovarienne soient cryopréservés pour être utilisés plus tard lorsque la patiente le décidera. Grâce à l’absence de formation de cristaux de glace, le taux de survie des ovocytes est très élevé et par conséquent la possibilité de reporter la maternité peut être raisonnablement garantie.
  • Congélation du tissu ovarien : la cryopréservation du tissu ovarien est une autre technique de préservation de la fertilité. Elle a permis d’obtenir de nombreuses naissances dans le monde entier. Cette technique permettra de rétablir la fonction ovarienne à partir de laquelle on pourrait même obtenir une grossesse spontanée. De plus, les niveaux d’hormones étant normaux, on pourra éviter les effets secondaires caractéristiques d’une ménopause prématurée (ostéoporose, bouffées de chaleur, risque cardiovasculaire).
  • Transposition des ovaires : La transposition des ovaires est une technique de préservation de la fertllité qui consiste à éloigner les ovaires du champ d’irradiation pour éviter une exposition directe de ces derniers à la radiothérapie. La transposition des ovaires s’applique à certains cas concrets et peut être compatible avec d’autres techniques. Ce procédé permet de protéger les gonades dans 60% des cas et de préserver la fonction ovarienne dans 83 à 88% des cas en fonction de la méthode utilisée, laparatomie ou laparascopie.
  • La protection médicale des gonades : elle pourrait éviter que les follicules n’atteignent leur seuil de sensibilité à la chimiothérapie via l’élimination des cellules de la granuleuse.
  • La maturation in vitro des ovocytes (MIV) : elle consiste à récupérer des ovocytes immatures issus de petits follicules antraux non stimulés ou très peu stimulés, et à les cultiver de manière appropriée jusqu’à ce qu’ils parviennent à maturité.

Preserva – le programme de préservation de la fertilité d’IVI

La Fondation IVI a lancé en 2008 son Programme de préservation de la fertilité à travers lequel elle s’engage à vitrifier gratuitement les ovules et le sperme de toutes les personnes atteintes d’un cancer qui souhaiteraient préserver leur fertilité, avant de subir un traitement lourd qui pourrait réduire cette dernière. Depuis son lancement du programme Preserva oncologique, il y a déjà eu 24 naissances et 4 grossesses sont en cours. Le programme a permis de donner la naissance du premier bébé dont les deux parents ont conservé leur fertilité à cause du cancer (cancer du sein chez la mère, sarcome d’Ewing chez le père). Nous laissons Maria Paz, vous raconter son incroyable histoire à elle et à son partenaire Raùl qui ont pu surmonter l’epreuve de leurs maladies afin de réaliser leur rêve et devenir parents : https://www.youtube.com/watch?v=1H58FxRPUzU&t=12s

Solicita información sin compromiso:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut de la pagearrow_drop_up